"Le parquet de Bruxelles a désigné un juge d'instruction qui a entendu les deux intéressés jeudi après-midi", a déclaré vendredi Stéphanie Lagasse, porte-parole du parquet de Bruxelles. "Messieurs Puig et Comin n'ont pas accepté leur remise aux autorités espagnoles. Ils ont tous deux été libérés sous certaines conditions par le juge d'instruction", a-t-elle précisé. Ceux-ci doivent notamment avoir une adresse en Belgique et ne peuvent pas quitter le pays sans l'autorisation du juge d'instruction. Ils doivent aussi se tenir à la disposition de la justice. Toni Comin est poursuivi pour sédition et malversations. Lluis Puig est, lui, inquiété pour malversations et désobéissance. L'Espagne entend juger les deux ministres régionaux sous l'ère Puigdemont, lui aussi visé par un mandat d'arrêt européen, pour leur participation à l'organisation d'un référendum d'autodétermination en Catalogne, interdit par le pouvoir central mais qui a pourtant été tenu le 1er octobre 2017. (Belga)