En raison de différents chantiers réalisés en concomitance sur le territoire de la ville de Liège et en périphérie, d'importants embarras de circulation sont constatés ces derniers jours et semaines aux entrées de la ville, sur les quais et aux accès à l'hypercentre. A divers chantiers visant notamment à améliorer les infrastructures en faveur du transport public et des modes actifs, comme l'itinéraire vélo sur une des rampes d'accès du pont Kennedy ou les travaux à Saint-Walburge pour une meilleure accessibilité à l'hôpital du CHR, se sont ajoutés les travaux sur l'autoroute à Loncin, ayant pour conséquence de renvoyer "un important trafic international" vers les quais, ainsi que les opérations de repérages liées aux futurs travaux pour l'arrivée du tram. Selon le bourgmestre, les services de police et de la Ville ont mis en place des plans de circulation, qui ont progressivement porté leurs fruits. En outre, un réunion a rassemblé les services de la ville, la police, le SPW, l'Opérateur de Transport de Wallonie (TEC) et les différents prestataires concernés par le tram. Afin d'éviter le chaos sur les routes, il a été décidé que seule la direction opérationnelle de la police de Liège a la capacité d'autoriser, ou non, les futurs chantiers. "J'ai également demandé que des mesures soient prises par les autorités compétentes pour interdire la circulation des camions de transit dans la ville, en tenant compte bien évidemment des impératifs économiques et commerciaux. De plus, les différents prestataires se sont engagés à être particulièrement attentifs à l'organisation concrète et pratique de leur chantier afin d'empiéter le moins possible sur la voirie et éviter des goulots d'étranglement inutiles", a précisé le bourgmestre de Liège. (Belga)

En raison de différents chantiers réalisés en concomitance sur le territoire de la ville de Liège et en périphérie, d'importants embarras de circulation sont constatés ces derniers jours et semaines aux entrées de la ville, sur les quais et aux accès à l'hypercentre. A divers chantiers visant notamment à améliorer les infrastructures en faveur du transport public et des modes actifs, comme l'itinéraire vélo sur une des rampes d'accès du pont Kennedy ou les travaux à Saint-Walburge pour une meilleure accessibilité à l'hôpital du CHR, se sont ajoutés les travaux sur l'autoroute à Loncin, ayant pour conséquence de renvoyer "un important trafic international" vers les quais, ainsi que les opérations de repérages liées aux futurs travaux pour l'arrivée du tram. Selon le bourgmestre, les services de police et de la Ville ont mis en place des plans de circulation, qui ont progressivement porté leurs fruits. En outre, un réunion a rassemblé les services de la ville, la police, le SPW, l'Opérateur de Transport de Wallonie (TEC) et les différents prestataires concernés par le tram. Afin d'éviter le chaos sur les routes, il a été décidé que seule la direction opérationnelle de la police de Liège a la capacité d'autoriser, ou non, les futurs chantiers. "J'ai également demandé que des mesures soient prises par les autorités compétentes pour interdire la circulation des camions de transit dans la ville, en tenant compte bien évidemment des impératifs économiques et commerciaux. De plus, les différents prestataires se sont engagés à être particulièrement attentifs à l'organisation concrète et pratique de leur chantier afin d'empiéter le moins possible sur la voirie et éviter des goulots d'étranglement inutiles", a précisé le bourgmestre de Liège. (Belga)