Après avoir mené il y a quelques années l'expérience pilote Tadam (traitement assisté par héroïne), la Ville de Liège a souhaité mettre en oeuvre un projet à vocation pérenne afin d'apporter des réponses aux problèmes de toxicomanie et aux nuisances qui touchent fortement la cité ardente.

"Il s'agit de permettre à la population de pouvoir profiter d'espaces publics rassurants et d'apporter des solutions aux agents sur le terrain", a précisé Willy Demeyer. Cette salle, dénommée "Saf ti", ouvrira le 5 septembre prochain dans le quartier Cathédrale nord, au sein des locaux qui ont abrité le projet Tadam.

Des journées portes ouvertes sont organisées ces samedi et dimanche. Le lieu sera accessible aux bénéficiaires 365 jours par an car "les toxicomanes ont besoin d'un suivi dans la durée", a souligné Benoît Drèze, président de la fondation Tadam.

La Ville a prévu un budget annuel de 830.000 euros. Une demande de subventions sera introduite auprès de la Région wallonne.