"Ces dépenses sont interpellantes sur le principe même et sur les montants et leur usage précis", a estimé M. Krettels. Si ce type d'objection a déjà été exprimé par le MR, Ecolo a tenu à insister. Au-delà de ces questions pratiques, les verts ont également souligné l'incohérence de telles dépenses au sein d'un département qui relève du service public. "Dépenser des centaines de milliers d'euros rien que sur Liège, pour se concurrencer entre réseaux, ça a quelque chose d'indécent", a déclaré Guy Krettels. "Cette somme pourrait représenter plusieurs emplois, activités innovantes ou d'un grand pas vers une réelle gratuité de nos écoles." Dès lors, trois questions ont été posées à l'échevin de l'Instruction publique : quel est le montant total prévu pour cette campagne publicitaire ? Pour quand est prévue l'ensemble de cette diffusion ? Et quels sont concrètement les objectifs de cette campagne ? Sachant que le fondamental ne semble pas avoir besoin de publicité, les différents partis de l'opposition ont rejoint Guy Krettels. Louis Maraite (MR) a proposé de défendre l'enseignement communal en donnant la parole à d'anciens élèves qui ont réalisé un beau parcours professionnel. Christine Defraigne (MR) a mis en avant la nécessité d'investir intelligemment une telle enveloppe, en exploitant des canaux efficaces. Selon Ecolo, le budget de M. Stassart a été distribué entre les journaux papier Le Soir et La Meuse (150.000 euros), le Vlan Spectacle (150.000 euros) et des affichages sur le réseau TEC (190.000 euros). L'audiovisuel et internet n'ont donc pas encore été pris en considération. A la suite de ce débat animé, les deux partis de la majorité (PS et cdH), ainsi que le MR, ont voté pour les trois points relatifs aux "marchés de service de diffusion d'annonces publicitaires". Ecolo, VEGA et PTB ont voté contre. (Belga)

"Ces dépenses sont interpellantes sur le principe même et sur les montants et leur usage précis", a estimé M. Krettels. Si ce type d'objection a déjà été exprimé par le MR, Ecolo a tenu à insister. Au-delà de ces questions pratiques, les verts ont également souligné l'incohérence de telles dépenses au sein d'un département qui relève du service public. "Dépenser des centaines de milliers d'euros rien que sur Liège, pour se concurrencer entre réseaux, ça a quelque chose d'indécent", a déclaré Guy Krettels. "Cette somme pourrait représenter plusieurs emplois, activités innovantes ou d'un grand pas vers une réelle gratuité de nos écoles." Dès lors, trois questions ont été posées à l'échevin de l'Instruction publique : quel est le montant total prévu pour cette campagne publicitaire ? Pour quand est prévue l'ensemble de cette diffusion ? Et quels sont concrètement les objectifs de cette campagne ? Sachant que le fondamental ne semble pas avoir besoin de publicité, les différents partis de l'opposition ont rejoint Guy Krettels. Louis Maraite (MR) a proposé de défendre l'enseignement communal en donnant la parole à d'anciens élèves qui ont réalisé un beau parcours professionnel. Christine Defraigne (MR) a mis en avant la nécessité d'investir intelligemment une telle enveloppe, en exploitant des canaux efficaces. Selon Ecolo, le budget de M. Stassart a été distribué entre les journaux papier Le Soir et La Meuse (150.000 euros), le Vlan Spectacle (150.000 euros) et des affichages sur le réseau TEC (190.000 euros). L'audiovisuel et internet n'ont donc pas encore été pris en considération. A la suite de ce débat animé, les deux partis de la majorité (PS et cdH), ainsi que le MR, ont voté pour les trois points relatifs aux "marchés de service de diffusion d'annonces publicitaires". Ecolo, VEGA et PTB ont voté contre. (Belga)