"Ils ne réussiront à convaincre que par la transparence et la science, les sonomètres en faisant partie. Au départ, on était entre 7 et 8% de décollages vers Ans/Awans/Juprelle et maintenant, on est quasi à 30 %. Ainsi, sur base de ces 30% et de l'augmentation à terme de Touch-and-go (NDLR: atterrissage d'un avion suivi immédiatement d'un décollage), je pense qu'il serait bon d'augmenter le nombre de sonomètres de notre côté pour ainsi démontrer, comme cela nous a été dit, que l'endroit n'est pas problématique. Et je voudrais que l'on informe à nouveau les propriétaires avant 2014 qu'ils peuvent solliciter le placement d'un sonomètre à leur domicile, gratuitement, pendant une quinzaine de jours", a précisé le bourgmestre d'Ans. Quant à l'éventualité de se joindre aux communes ayant intenté une action en justice vis-à-vis des nuisances générées par Liege Airport, il a indiqué ne pas être favorable à une démarche belliqueuse mais estime qu'il faut tenir compte des plaintes de citoyens dès le moment où il y a une évolution en termes de bruit, de décollages ou de fréquences. "Ce sont des externalités qui doivent être compensées", a conclu Grégory Philippin. Après la présentation d'une vidéo les 25 et 26 février sur les dossiers relatifs aux demandes de permis déposées, les citoyens qui le souhaitent disposent encore d'un peu moins d'une quinzaine de jours pour s'exprimer. (Belga)

"Ils ne réussiront à convaincre que par la transparence et la science, les sonomètres en faisant partie. Au départ, on était entre 7 et 8% de décollages vers Ans/Awans/Juprelle et maintenant, on est quasi à 30 %. Ainsi, sur base de ces 30% et de l'augmentation à terme de Touch-and-go (NDLR: atterrissage d'un avion suivi immédiatement d'un décollage), je pense qu'il serait bon d'augmenter le nombre de sonomètres de notre côté pour ainsi démontrer, comme cela nous a été dit, que l'endroit n'est pas problématique. Et je voudrais que l'on informe à nouveau les propriétaires avant 2014 qu'ils peuvent solliciter le placement d'un sonomètre à leur domicile, gratuitement, pendant une quinzaine de jours", a précisé le bourgmestre d'Ans. Quant à l'éventualité de se joindre aux communes ayant intenté une action en justice vis-à-vis des nuisances générées par Liege Airport, il a indiqué ne pas être favorable à une démarche belliqueuse mais estime qu'il faut tenir compte des plaintes de citoyens dès le moment où il y a une évolution en termes de bruit, de décollages ou de fréquences. "Ce sont des externalités qui doivent être compensées", a conclu Grégory Philippin. Après la présentation d'une vidéo les 25 et 26 février sur les dossiers relatifs aux demandes de permis déposées, les citoyens qui le souhaitent disposent encore d'un peu moins d'une quinzaine de jours pour s'exprimer. (Belga)