Seules 23 voix séparaient l'Union patriotique (VU) et le parti progressiste des citoyens (FBP), les deux formations qui dominent depuis des décennies la vie politique de la petite principauté de 160 km2 et de quelque 20.000 électeurs, située entre la Suisse et l'Autriche, a-t-on précisé de même source. Le Parlement local, le Landtag, qui compte 25 députés doit désormais nommer le gouvernement qui pourrait être dirigé soit par Daniel Risch, (42 ans, VU) soit par Sabine Monauni (46 ans, FBP) qui deviendrait alors la première femme à diriger le pays où le droit de vote n'a été accordé aux femmes qu'en 1984. Mme Monauni était jusqu'à présent ambassadrice du Liechtenstein en Belgique et auprès de l'Union européenne. Derrière les deux partis majoritaires à la ligne conservatrice assez proche, la Liste libre (centre-gauche écologiste) a obtenu 12,9% des voix devant une nouvelle formation, les Démocrates pour le Liechtenstein (11,1% des voix). Une dernière liste, Les Indépendants, a enfin obtenu 4,2% des suffrages, total insuffisant pour rentrer au Parlement. Petit Etat prospère à la fiscalité attractive, très lié à la Suisse avec laquelle il partage une union douanière et la même monnaie (le franc suisse), le Liechstenstein est une monarchie constitutionnelle. Le prince Hans-Adam II, 75 ans, qui a dirigé le pays jusqu'en 2004, a ensuite confié le pouvoir à son fils, le prince Alois. (Belga)

Seules 23 voix séparaient l'Union patriotique (VU) et le parti progressiste des citoyens (FBP), les deux formations qui dominent depuis des décennies la vie politique de la petite principauté de 160 km2 et de quelque 20.000 électeurs, située entre la Suisse et l'Autriche, a-t-on précisé de même source. Le Parlement local, le Landtag, qui compte 25 députés doit désormais nommer le gouvernement qui pourrait être dirigé soit par Daniel Risch, (42 ans, VU) soit par Sabine Monauni (46 ans, FBP) qui deviendrait alors la première femme à diriger le pays où le droit de vote n'a été accordé aux femmes qu'en 1984. Mme Monauni était jusqu'à présent ambassadrice du Liechtenstein en Belgique et auprès de l'Union européenne. Derrière les deux partis majoritaires à la ligne conservatrice assez proche, la Liste libre (centre-gauche écologiste) a obtenu 12,9% des voix devant une nouvelle formation, les Démocrates pour le Liechtenstein (11,1% des voix). Une dernière liste, Les Indépendants, a enfin obtenu 4,2% des suffrages, total insuffisant pour rentrer au Parlement. Petit Etat prospère à la fiscalité attractive, très lié à la Suisse avec laquelle il partage une union douanière et la même monnaie (le franc suisse), le Liechstenstein est une monarchie constitutionnelle. Le prince Hans-Adam II, 75 ans, qui a dirigé le pays jusqu'en 2004, a ensuite confié le pouvoir à son fils, le prince Alois. (Belga)