Du point de vue syndical, on essaie de trouver les moyens d'entrer en négociation et de préserver l'emploi. Mais le temps presse car cette vague de licenciements doit être conclue vendredi pour éviter de tomber dans la période dite "occulte" des élections sociales qui commence dès lundi et qui protège les travailleurs d'éventuels licenciements, tous étant susceptibles de se porter candidats aux élections. Du côté de la direction du Manège, on fait savoir que les courriers de licenciements devront être envoyés vendredi avant la fermeture des postes. "Ces courriers devaient partir mardi mais l'action des travailleurs du Manège nous a amenés à postposer l'envoi", a indiqué Philippe Degeneffe, futur patron du Manège. "Il est indispensable de passer par une diminution des frais de fonctionnement dont, et c'est le poste le plus lourd, une réduction de la masse salariale." (Belga)

Du point de vue syndical, on essaie de trouver les moyens d'entrer en négociation et de préserver l'emploi. Mais le temps presse car cette vague de licenciements doit être conclue vendredi pour éviter de tomber dans la période dite "occulte" des élections sociales qui commence dès lundi et qui protège les travailleurs d'éventuels licenciements, tous étant susceptibles de se porter candidats aux élections. Du côté de la direction du Manège, on fait savoir que les courriers de licenciements devront être envoyés vendredi avant la fermeture des postes. "Ces courriers devaient partir mardi mais l'action des travailleurs du Manège nous a amenés à postposer l'envoi", a indiqué Philippe Degeneffe, futur patron du Manège. "Il est indispensable de passer par une diminution des frais de fonctionnement dont, et c'est le poste le plus lourd, une réduction de la masse salariale." (Belga)