L'accord "de coopération militaire et sécuritaire" a été signé mercredi soir lors d'une rencontre à Istanbul entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le chef du GNA Fayez al-Sarraj, selon la présidence turque. Le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a indiqué jeudi que le nouveau protocole "est une version plus large de l'accord-cadre de coopération militaire existant" entre les deux parties. Il a affirmé que le nouvel accord "renforcera les liens entre nos armées" et appelé "les autres acteurs responsables" à soutenir le gouvernement de Sarraj reconnu par l'ONU. "La stabilité de la Libye est d'une importance critique pour la sécurité des Libyens, pour la stabilité régionale et pour combattre le terrorisme international", a ajouté le responsable turc. La signature de cet accord survient en dépit d'un appel lancé en octobre par la Ligue arabe à ses membres à ne plus coopérer avec Ankara et à réduire leur représentation diplomatique en Turquie à la suite de l'offensive militaire lancée par cette dernière contre les forces kurdes en Syrie. Fayez al-Sarraj est notamment soutenu par la Turquie et le Qatar. L'Italie, ancienne puissance coloniale en Libye, semble aussi en sa faveur. Son rival Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen dont les forces ont lancé en avril une offensive contre la capitale Tripoli, bénéficie de son côté du soutien de l'Egypte et des Emirats arabes unis et d'un appui au moins politique notamment des Etats-Unis et de la Russie. La France a été accusée de le privilégier, ce dont elle se défend. M. Erdogan avait confirmé en juin que son pays fournissait des armes au GNA, estimant que ces équipements militaires avaient permis à Tripoli de "rééquilibrer" la situation face aux forces de Khalifa Haftar, soutenues par les Emirats arabes unis et l'Egypte. (Belga)

L'accord "de coopération militaire et sécuritaire" a été signé mercredi soir lors d'une rencontre à Istanbul entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le chef du GNA Fayez al-Sarraj, selon la présidence turque. Le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a indiqué jeudi que le nouveau protocole "est une version plus large de l'accord-cadre de coopération militaire existant" entre les deux parties. Il a affirmé que le nouvel accord "renforcera les liens entre nos armées" et appelé "les autres acteurs responsables" à soutenir le gouvernement de Sarraj reconnu par l'ONU. "La stabilité de la Libye est d'une importance critique pour la sécurité des Libyens, pour la stabilité régionale et pour combattre le terrorisme international", a ajouté le responsable turc. La signature de cet accord survient en dépit d'un appel lancé en octobre par la Ligue arabe à ses membres à ne plus coopérer avec Ankara et à réduire leur représentation diplomatique en Turquie à la suite de l'offensive militaire lancée par cette dernière contre les forces kurdes en Syrie. Fayez al-Sarraj est notamment soutenu par la Turquie et le Qatar. L'Italie, ancienne puissance coloniale en Libye, semble aussi en sa faveur. Son rival Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen dont les forces ont lancé en avril une offensive contre la capitale Tripoli, bénéficie de son côté du soutien de l'Egypte et des Emirats arabes unis et d'un appui au moins politique notamment des Etats-Unis et de la Russie. La France a été accusée de le privilégier, ce dont elle se défend. M. Erdogan avait confirmé en juin que son pays fournissait des armes au GNA, estimant que ces équipements militaires avaient permis à Tripoli de "rééquilibrer" la situation face aux forces de Khalifa Haftar, soutenues par les Emirats arabes unis et l'Egypte. (Belga)