Le maréchal Haftar a été reçu en fin d'après-midi par la ministre de la Défense italienne Roberta Pinotti. "La stabilisation de la Libye, la lutte contre le terrorisme international et le contrôle des flux migratoires ont été évoqués au cours de la rencontre", selon le ministère. Mme Pinotti a réitéré le soutien italien aux initiatives de l'ONU dans ce pays et exprimé le souhait que toutes les parties concernées, c'est-à-dire les forces du maréchal Haftar et celles fidèles au gouvernement d'entente nationale "excluent toute solution militaire". Le maréchal Haftar a également rencontré au cours de cette visite le chef d'état-major italien, le général Claudio Graziano. Cette visite au ministère de la Défense pourrait être suivie, selon certains médias italiens, par une rencontre avec le ministre de l'Intérieur Marco Minniti. Ce dernier avait déjà rencontré le maréchal Haftar à Benghazi en Libye, début septembre. Cette rencontre avait été alors interprétée par les médias et les experts italiens comme le signal important d'une détente entre les autorités italiennes et l'homme fort de l'est libyen. L'Italie, ancienne puissance coloniale, est le plus important soutien en Europe du gouvernement d'entente nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale, mais dont l'autorité est rejetée par le maréchal Haftar, à la tête d'une force autoproclamée, l'Armée nationale libyenne (ANL). Mais l'arrivée début 2017 à la tête du ministère de l'Intérieur de l'ancien responsable des services secrets italiens, Marco Minitti, architecte de la politique migratoire italienne, avait "rééquilibré le jeu" en faveur du Maréchal Haftar, selon Mattia Toaldo, spécialiste de la Libye auprès de l'European Council on Foreign Relations. L'homme fort de l'est de la Libye, qui contrôle une grande partie des zones pétrolifères libyennes où travaille notamment la compagnie italienne ENI, a toujours été considéré par les services secrets italiens comme un partenaire indispensable dans la crise libyenne, ajoute cet expert. Réunis fin juillet à l'initiative de la France à la Celle-Saint-Cloud, en région parisienne, MM. Al-Saraj et Haftar avaient accepté -sans la signer- une feuille de route sur un cessez-le-feu et l'organisation d'élections l'année prochaine. (Belga)

Le maréchal Haftar a été reçu en fin d'après-midi par la ministre de la Défense italienne Roberta Pinotti. "La stabilisation de la Libye, la lutte contre le terrorisme international et le contrôle des flux migratoires ont été évoqués au cours de la rencontre", selon le ministère. Mme Pinotti a réitéré le soutien italien aux initiatives de l'ONU dans ce pays et exprimé le souhait que toutes les parties concernées, c'est-à-dire les forces du maréchal Haftar et celles fidèles au gouvernement d'entente nationale "excluent toute solution militaire". Le maréchal Haftar a également rencontré au cours de cette visite le chef d'état-major italien, le général Claudio Graziano. Cette visite au ministère de la Défense pourrait être suivie, selon certains médias italiens, par une rencontre avec le ministre de l'Intérieur Marco Minniti. Ce dernier avait déjà rencontré le maréchal Haftar à Benghazi en Libye, début septembre. Cette rencontre avait été alors interprétée par les médias et les experts italiens comme le signal important d'une détente entre les autorités italiennes et l'homme fort de l'est libyen. L'Italie, ancienne puissance coloniale, est le plus important soutien en Europe du gouvernement d'entente nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale, mais dont l'autorité est rejetée par le maréchal Haftar, à la tête d'une force autoproclamée, l'Armée nationale libyenne (ANL). Mais l'arrivée début 2017 à la tête du ministère de l'Intérieur de l'ancien responsable des services secrets italiens, Marco Minitti, architecte de la politique migratoire italienne, avait "rééquilibré le jeu" en faveur du Maréchal Haftar, selon Mattia Toaldo, spécialiste de la Libye auprès de l'European Council on Foreign Relations. L'homme fort de l'est de la Libye, qui contrôle une grande partie des zones pétrolifères libyennes où travaille notamment la compagnie italienne ENI, a toujours été considéré par les services secrets italiens comme un partenaire indispensable dans la crise libyenne, ajoute cet expert. Réunis fin juillet à l'initiative de la France à la Celle-Saint-Cloud, en région parisienne, MM. Al-Saraj et Haftar avaient accepté -sans la signer- une feuille de route sur un cessez-le-feu et l'organisation d'élections l'année prochaine. (Belga)