Le commandant des opérations militaires de l'ANL dans la région ouest, le général Abdessalem al-Hassi, a confirmé à l'AFP que ses forces s'étaient emparées du barrage sans combats. Au moins une quinzaine de pick-ups armés de canons anti-aériens et des dizaines d'hommes en uniformes militaires ont pris position à ce point de contrôle connu sous le nom du "pont 27". De son côté, la Force de protection de Tripoli, une coalition de milices tripolitaines, a annoncé sur sa page Facebook le lancement d'une opération pour stopper l'avancée de l'ANL, sans donner plus de détails. Le spectre d'un nouvel embrasement en Libye a refait surface mercredi soir, après l'annonce par les forces pro-Haftar de la préparation d'une offensive pour "purger l'ouest" libyen "des terroristes et des mercenaires", sans identifier davantage leurs cibles. Du côté du gouvernement internationalement reconnu (GNA), le Premier ministre Fayez al-Sarraj a donné mercredi soir l'ordre aux forces qui le soutiennent de se tenir prêtes pour "faire face à toute menace". Plongé dans le chaos à la suite de la chute de la dictature de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est principalement divisée entre deux autorités rivales: à l'ouest, le GNA de Fayez al-Sarraj, établi fin 2015 par un accord parrainé par l'ONU et basé à Tripoli, et à l'est l'ANL autoproclamée du maréchal Haftar. (Belga)

Le commandant des opérations militaires de l'ANL dans la région ouest, le général Abdessalem al-Hassi, a confirmé à l'AFP que ses forces s'étaient emparées du barrage sans combats. Au moins une quinzaine de pick-ups armés de canons anti-aériens et des dizaines d'hommes en uniformes militaires ont pris position à ce point de contrôle connu sous le nom du "pont 27". De son côté, la Force de protection de Tripoli, une coalition de milices tripolitaines, a annoncé sur sa page Facebook le lancement d'une opération pour stopper l'avancée de l'ANL, sans donner plus de détails. Le spectre d'un nouvel embrasement en Libye a refait surface mercredi soir, après l'annonce par les forces pro-Haftar de la préparation d'une offensive pour "purger l'ouest" libyen "des terroristes et des mercenaires", sans identifier davantage leurs cibles. Du côté du gouvernement internationalement reconnu (GNA), le Premier ministre Fayez al-Sarraj a donné mercredi soir l'ordre aux forces qui le soutiennent de se tenir prêtes pour "faire face à toute menace". Plongé dans le chaos à la suite de la chute de la dictature de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est principalement divisée entre deux autorités rivales: à l'ouest, le GNA de Fayez al-Sarraj, établi fin 2015 par un accord parrainé par l'ONU et basé à Tripoli, et à l'est l'ANL autoproclamée du maréchal Haftar. (Belga)