"La navigation aérienne a été rétablie à l'aéroport international de Mitiga après la chute de roquettes sur certains secteurs", a indiqué dimanche à l'AFP Lotfi al-Labib, directeur général de l'aéroport de Mitiga. "Deux ingénieurs techniciens de la compagnie (libyenne) Afriqiyah Airways ont été légèrement blessés", a ajouté M. al-Labib. L'origine des roquettes reste indéterminée et l'attaque n'a pas été revendiquée mais les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA), exécutif basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, ont accusé les forces du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, de bombarder de nouveau l'aéroport. Les forces du maréchal Haftar mènent depuis trois mois une offensive pour s'emparer de Tripoli. Elles ont attaqué à plusieurs reprises l'aéroport de Mitiga, affirmant viser à chaque fois des drones qui décollent, selon elles, de l'aéroport pour mener des frappes. L'aéroport situé à l'est de la capitale, a dû ainsi fermer à plusieurs reprises depuis le 4 avril. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), près de 1.000 personnes ont été tuées et plus de 5.000 blessées en trois mois de combats aux portes de Tripoli. Selon l'ONU, les combats ont en outre fait plus de 100.000 déplacés. (Belga)

"La navigation aérienne a été rétablie à l'aéroport international de Mitiga après la chute de roquettes sur certains secteurs", a indiqué dimanche à l'AFP Lotfi al-Labib, directeur général de l'aéroport de Mitiga. "Deux ingénieurs techniciens de la compagnie (libyenne) Afriqiyah Airways ont été légèrement blessés", a ajouté M. al-Labib. L'origine des roquettes reste indéterminée et l'attaque n'a pas été revendiquée mais les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA), exécutif basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, ont accusé les forces du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, de bombarder de nouveau l'aéroport. Les forces du maréchal Haftar mènent depuis trois mois une offensive pour s'emparer de Tripoli. Elles ont attaqué à plusieurs reprises l'aéroport de Mitiga, affirmant viser à chaque fois des drones qui décollent, selon elles, de l'aéroport pour mener des frappes. L'aéroport situé à l'est de la capitale, a dû ainsi fermer à plusieurs reprises depuis le 4 avril. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), près de 1.000 personnes ont été tuées et plus de 5.000 blessées en trois mois de combats aux portes de Tripoli. Selon l'ONU, les combats ont en outre fait plus de 100.000 déplacés. (Belga)