"Le président Trump est en train de négocier. C'est un négociateur avec un style particulier, un style connu, il a même publié des livres sur le sujet, et ce qu'il est en train de faire, c'est négocier", a assuré M. Videgaray à la chaîne Televisa. Mardi, lors d'un discours à Phoenix, aux Etats-Unis, Donald Trump a prévenu qu'il était "possible" que l'Aléna "se termine". Face à ces menaces, le Mexique réagira avec "sérénité" et restera à la table de renégociation de ce traité, dont le premier round a eu lieu la semaine dernière à Washington, a indiqué M. Videgaray. "Le Mexique doit réagir avec sérénité, fermeté, des objectifs clairs et l'intérêt national comme priorité", a-t-il ajouté. Ce n'est pas la première fois que le président Trump menace d'en finir avec l'Aléna, accord en vigueur depuis 1994 et qu'il a constamment dénoncé comme néfaste à l'emploi et aux investissements aux Etats-Unis. Durant toute la renégociation, prévue pour durer plusieurs mois, "il y aura des tweets, il y aura des discours de cette nature", a assuré M. Videgaray. Ses déclarations "ne doivent pas nous surprendre, c'est quelque chose que nous devons anticiper". Le deuxième round de renégociation de l'Aléna se tiendra à Mexico du 1er au 5 septembre. (Belga)

"Le président Trump est en train de négocier. C'est un négociateur avec un style particulier, un style connu, il a même publié des livres sur le sujet, et ce qu'il est en train de faire, c'est négocier", a assuré M. Videgaray à la chaîne Televisa. Mardi, lors d'un discours à Phoenix, aux Etats-Unis, Donald Trump a prévenu qu'il était "possible" que l'Aléna "se termine". Face à ces menaces, le Mexique réagira avec "sérénité" et restera à la table de renégociation de ce traité, dont le premier round a eu lieu la semaine dernière à Washington, a indiqué M. Videgaray. "Le Mexique doit réagir avec sérénité, fermeté, des objectifs clairs et l'intérêt national comme priorité", a-t-il ajouté. Ce n'est pas la première fois que le président Trump menace d'en finir avec l'Aléna, accord en vigueur depuis 1994 et qu'il a constamment dénoncé comme néfaste à l'emploi et aux investissements aux Etats-Unis. Durant toute la renégociation, prévue pour durer plusieurs mois, "il y aura des tweets, il y aura des discours de cette nature", a assuré M. Videgaray. Ses déclarations "ne doivent pas nous surprendre, c'est quelque chose que nous devons anticiper". Le deuxième round de renégociation de l'Aléna se tiendra à Mexico du 1er au 5 septembre. (Belga)