Abdallah Abou Jaber, âgé de 46 ans et originaire de Baqaa, le plus grand camp de réfugiés palestiniens de Jordanie, a été accueilli avec des fleurs et des cris de joie par les membres de sa famille. Portant sur ses épaules un keffieh palestinien à damier noir et blanc, et un autre jordanien à damier rouge et blanc, il a affirmé : "il y a vingt ans, j'ai effectué un voyage non pas de tourisme mais de résistance. J'ai fait mon devoir de Palestinien, car nous devons libérer au plus vite la terre de Palestine". Il a par ailleurs lancé un appel à mettre fin aux divisions entre les deux principales formations palestiniennes, le parti historique Fatah et le mouvement islamiste Hamas. "Les divisions nous séparent y compris dans les prisons. Nous devons nous unir pour faire face à l'ennemi sioniste", a-t-il insisté avant de faire le V de la victoire. Du côté de Conseil national Palestinien (CNP), on se réjouit de cette liberté retrouvée. "Nous sommes très heureux de la libération de ce héros, membre du Fatah et de la Brigade des Martyrs d'al-Aqsa" a déclaré à l'AFP Younes Abou Sil, membre du CNP, qui se trouvait sur place. Il "a passé 20 ans en prison pour avoir mené une opération visant à venger la mort de milliers de Palestiniens", a-t-il ajouté. Abdallah Abou Jaber s'est rendu ensuite au cimetière de Baqaa, pour se recueillir sur la tombe de ses parents morts durant sa captivité. Un député jordanien, Ahmad al Sarahnah, a indiqué à l'AFP que 23 Jordaniens étaient actuellement en prison en Israël. "La semaine dernière, nous avons demandé au ministre des Affaires étrangères d'intervenir officiellement (auprès d'Israël) pour obtenir qu'ils soient soignés du Covid et vaccinés", a-t-il dit. Quelque 2,2 millions de réfugiés palestiniens sont enregistrés en Jordanie auprès des Nations unies. (Belga)

Abdallah Abou Jaber, âgé de 46 ans et originaire de Baqaa, le plus grand camp de réfugiés palestiniens de Jordanie, a été accueilli avec des fleurs et des cris de joie par les membres de sa famille. Portant sur ses épaules un keffieh palestinien à damier noir et blanc, et un autre jordanien à damier rouge et blanc, il a affirmé : "il y a vingt ans, j'ai effectué un voyage non pas de tourisme mais de résistance. J'ai fait mon devoir de Palestinien, car nous devons libérer au plus vite la terre de Palestine". Il a par ailleurs lancé un appel à mettre fin aux divisions entre les deux principales formations palestiniennes, le parti historique Fatah et le mouvement islamiste Hamas. "Les divisions nous séparent y compris dans les prisons. Nous devons nous unir pour faire face à l'ennemi sioniste", a-t-il insisté avant de faire le V de la victoire. Du côté de Conseil national Palestinien (CNP), on se réjouit de cette liberté retrouvée. "Nous sommes très heureux de la libération de ce héros, membre du Fatah et de la Brigade des Martyrs d'al-Aqsa" a déclaré à l'AFP Younes Abou Sil, membre du CNP, qui se trouvait sur place. Il "a passé 20 ans en prison pour avoir mené une opération visant à venger la mort de milliers de Palestiniens", a-t-il ajouté. Abdallah Abou Jaber s'est rendu ensuite au cimetière de Baqaa, pour se recueillir sur la tombe de ses parents morts durant sa captivité. Un député jordanien, Ahmad al Sarahnah, a indiqué à l'AFP que 23 Jordaniens étaient actuellement en prison en Israël. "La semaine dernière, nous avons demandé au ministre des Affaires étrangères d'intervenir officiellement (auprès d'Israël) pour obtenir qu'ils soient soignés du Covid et vaccinés", a-t-il dit. Quelque 2,2 millions de réfugiés palestiniens sont enregistrés en Jordanie auprès des Nations unies. (Belga)