Le tarif du pain au kilo a plus que doublé depuis mai 2020. Selon les nouveaux prix annoncés mardi soir par le ministère de l'Economie, un sac de pain de 960 grammes coûtera désormais 3.000 livres libanaises --contre 2.500 livres auparavant, rapporte l'agence nationale d'information ANI. Le ministère a justifié cette hausse par le fait qu'un nouveau gouvernement n'a toujours pas été formé, "ce qui a mené à une forte chute de la livre libanaise face au dollar" provoquant une augmentation des prix des matières premières. Le prix d'un sac de pain était passé début février de 2.000 à 2.500 livres libanaises. Tous les indicateurs sont dans le rouge au Liban, où la crise économique s'est accompagnée d'une forte dépréciation de la livre. Au marché noir, la monnaie a frôlé la semaine dernière les 15.000 livres pour un dollar, avant de repasser aux alentours de 11.000 livres. Le taux officiel est toujours de 1.507 livres pour un dollar. L'érosion du pouvoir d'achat et la précarisation provoquent la colère de la population, avec des manifestations et des blocages de routes sporadiques. Plus de la moitié des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU. L'augmentation du prix du pain intervient au lendemain d'une réunion cruciale entre le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri, qui n'ont toujours pas réussi à s'accorder sur la formation d'un nouveau gouvernement. Après plusieurs mois de blocage, et malgré l'urgence de la situation, les partis restent absorbés dans des marchandages interminables, se disputant comme souvent la répartition des portefeuilles ministériels. La détérioration des conditions économiques a été à l'automne 2019 l'un des éléments déclencheurs d'un soulèvement populaire inédit, dénonçant une classe politique inchangée depuis des décennies et accusée de corruption et d'incompétence. L'inflation annuelle a atteint 145,8% fin 2020, selon des statistiques officielles. Début mars, le prix de la viande avait augmenté de 110% sur un an et celui du poulet de 65% (Banque mondiale). (Belga)

Le tarif du pain au kilo a plus que doublé depuis mai 2020. Selon les nouveaux prix annoncés mardi soir par le ministère de l'Economie, un sac de pain de 960 grammes coûtera désormais 3.000 livres libanaises --contre 2.500 livres auparavant, rapporte l'agence nationale d'information ANI. Le ministère a justifié cette hausse par le fait qu'un nouveau gouvernement n'a toujours pas été formé, "ce qui a mené à une forte chute de la livre libanaise face au dollar" provoquant une augmentation des prix des matières premières. Le prix d'un sac de pain était passé début février de 2.000 à 2.500 livres libanaises. Tous les indicateurs sont dans le rouge au Liban, où la crise économique s'est accompagnée d'une forte dépréciation de la livre. Au marché noir, la monnaie a frôlé la semaine dernière les 15.000 livres pour un dollar, avant de repasser aux alentours de 11.000 livres. Le taux officiel est toujours de 1.507 livres pour un dollar. L'érosion du pouvoir d'achat et la précarisation provoquent la colère de la population, avec des manifestations et des blocages de routes sporadiques. Plus de la moitié des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU. L'augmentation du prix du pain intervient au lendemain d'une réunion cruciale entre le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri, qui n'ont toujours pas réussi à s'accorder sur la formation d'un nouveau gouvernement. Après plusieurs mois de blocage, et malgré l'urgence de la situation, les partis restent absorbés dans des marchandages interminables, se disputant comme souvent la répartition des portefeuilles ministériels. La détérioration des conditions économiques a été à l'automne 2019 l'un des éléments déclencheurs d'un soulèvement populaire inédit, dénonçant une classe politique inchangée depuis des décennies et accusée de corruption et d'incompétence. L'inflation annuelle a atteint 145,8% fin 2020, selon des statistiques officielles. Début mars, le prix de la viande avait augmenté de 110% sur un an et celui du poulet de 65% (Banque mondiale). (Belga)