M. Hariri, un proche du pouvoir saoudien, n'est pas rentré au Liban depuis l'annonce de sa démission samedi dernier et des rumeurs circulent sur la limitation de sa liberté en Arabie saoudite. "Le président Aoun a reçu le chargé d'affaires saoudien à Beyrouth, Walid Boukhari, et l'a informé que la manière dont s'est produite la démission de M. Hariri était inacceptable", a indiqué la présidence libanaise dans un communiqué. Le président de la République "a réclamé le retour du chef du gouvernement au Liban". (Belga)

M. Hariri, un proche du pouvoir saoudien, n'est pas rentré au Liban depuis l'annonce de sa démission samedi dernier et des rumeurs circulent sur la limitation de sa liberté en Arabie saoudite. "Le président Aoun a reçu le chargé d'affaires saoudien à Beyrouth, Walid Boukhari, et l'a informé que la manière dont s'est produite la démission de M. Hariri était inacceptable", a indiqué la présidence libanaise dans un communiqué. Le président de la République "a réclamé le retour du chef du gouvernement au Liban". (Belga)