Quatre-vingt-un pour cent des navetteurs préfèrent acheter leur titre de transport aux guichets contre 18 % aux automates de la SNCB, ressort-il de cette enquête réalisée, entre le 29 juillet et le 28 septembre, en heure de pointe matinale dans les gares de Dinant, Yvoir, Jambes, Ottignies, Louvain-la-Neuve, Ciney, Braine-le-Comte, Leuze-en-Hainaut, Liège-Guillemins, Mons, Waterloo, Saint-Ghislain, Gembloux, Binche et Spa. Sur les 1.178 personnes interrogées, 96 % estiment que les canaux digitaux de vente doivent être complémentaires aux guichets, et non les remplacer. Et 71 % considèrent qu'une gare fermée est une gare condamnée. Plus d'un voyageur sur deux considère que le maintien des guichets est primordial, même parmi ceux qui utilisent les automates. Plusieurs raisons sont évoquées : le maintien de l'emploi, la difficulté éprouvée par les personnes âgées ou fâchées avec les nouvelles technologies, le fait que les automates ne fournissent pas tous les types de titre de transport et donc pas toujours celui qui est le plus adapté aux besoins des navetteurs. "On en avait assez d'entendre la SNCB, à chaque fermeture de guichet, ressortir leurs chiffres sur le comportement des navetteurs, dont on n'a jamais vu la couleur", avance Gianni Tabbone, porte-parole de Navetteurs.be. "Leur argument, c'est de dire que les habitudes des voyageurs ont changé, que la SNCB ne fait donc que s'adapter. On a voulu vérifier si c'était vrai et notre étude montre que ce n'est pas vraiment le cas". (Belga)