Cette action a directement provoqué des embarras de circulation dans le secteur, au moment où le trafic commençait à se densifier à l'approche de l'heure de pointe matinale. La Cour d'appel de Bruxelles a reconnu mercredi l'usage de l'application Uber comme illégal. Elle a fondé sa décision sur l'ordonnance régionale de 1995 sur les services de taxis et les sociétés de location de voiture avec chauffeur. Les manifestants réclament en conséquence au gouvernement bruxellois une nouvelle législation. "On va bloquer Bruxelles tous les jours en faisant "l'escargot" jusqu'à obtenir une réponse du Cabinet de Rudi Vervoort (ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale)", avait averti mercredi Fernando Redondo, le président de l'Association Belge des Chauffeurs de Limousine (ABCL). Les chauffeurs titulaires d'une licence LVC (Location de Voiture avec Chauffeur), qui utilisent l'application Uber pour le transport rémunéré de personnes, avaient déjà mené des actions mercredi et jeudi. (Belga)

Cette action a directement provoqué des embarras de circulation dans le secteur, au moment où le trafic commençait à se densifier à l'approche de l'heure de pointe matinale. La Cour d'appel de Bruxelles a reconnu mercredi l'usage de l'application Uber comme illégal. Elle a fondé sa décision sur l'ordonnance régionale de 1995 sur les services de taxis et les sociétés de location de voiture avec chauffeur. Les manifestants réclament en conséquence au gouvernement bruxellois une nouvelle législation. "On va bloquer Bruxelles tous les jours en faisant "l'escargot" jusqu'à obtenir une réponse du Cabinet de Rudi Vervoort (ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale)", avait averti mercredi Fernando Redondo, le président de l'Association Belge des Chauffeurs de Limousine (ABCL). Les chauffeurs titulaires d'une licence LVC (Location de Voiture avec Chauffeur), qui utilisent l'application Uber pour le transport rémunéré de personnes, avaient déjà mené des actions mercredi et jeudi. (Belga)