Elles demandent la suspension de la taxe kilométrique, assortie d'une astreinte de 25.000 euros par jour de retard, dans l'attente d'une expertise sur la viabilité du système.

L'UPTR et Defraine indiquent disposer d'éléments qui démontrent le mauvais fonctionnement du système Satellic. Les deux plaignants demandent dès lors une suspension du processus de taxation dans l'attente des résultats de l'expertise sollicitée et d'une mise en conformité.

Le tribunal de Liège doit examiner le dossier vendredi.