Le coup d'envoi de ce passage progressif a officiellement été donné ce mardi à Molenbeek en présence des autorités locales et des responsables de Sibelga, gestionnaire bruxellois des réseaux de distribution d'électricité et de gaz naturel. Quelque 51.000 foyers des communes de Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe et Molenbeek ont été convertis avec succès du gaz pauvre au gaz riche. Au total, ce sont 500.000 ménages bruxellois qui seront amenés à vivre cette transition sur trois années. La Région bruxelloise, comme une bonne partie de la Belgique, est alimentée depuis des années en gaz pauvre provenant des Pays-Bas. Mais en raison d'une diminution de ses réserves, le royaume batave a décidé en 2016 de réduire progressivement ses exportations à partir de 2024, avec un arrêt définitif en 2030. Pour garantir la sécurité d'approvisionnement, il a dès lors été décidé de se tourner vers d'autres pays producteurs, comme la Norvège, le Royaume-Uni ou le Qatar, qui disposent de gaz riche. Les consommateurs ont été invités à faire vérifier la compatibilité de leurs installations. Normalement, 98% des appareils au gaz sont prêts pour cette conversion, moyennant ou non quelques réglages. Tous les appareils vendus en Belgique depuis 1978 sont théoriquement compatibles avec les deux gaz. (Belga)

Le coup d'envoi de ce passage progressif a officiellement été donné ce mardi à Molenbeek en présence des autorités locales et des responsables de Sibelga, gestionnaire bruxellois des réseaux de distribution d'électricité et de gaz naturel. Quelque 51.000 foyers des communes de Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe et Molenbeek ont été convertis avec succès du gaz pauvre au gaz riche. Au total, ce sont 500.000 ménages bruxellois qui seront amenés à vivre cette transition sur trois années. La Région bruxelloise, comme une bonne partie de la Belgique, est alimentée depuis des années en gaz pauvre provenant des Pays-Bas. Mais en raison d'une diminution de ses réserves, le royaume batave a décidé en 2016 de réduire progressivement ses exportations à partir de 2024, avec un arrêt définitif en 2030. Pour garantir la sécurité d'approvisionnement, il a dès lors été décidé de se tourner vers d'autres pays producteurs, comme la Norvège, le Royaume-Uni ou le Qatar, qui disposent de gaz riche. Les consommateurs ont été invités à faire vérifier la compatibilité de leurs installations. Normalement, 98% des appareils au gaz sont prêts pour cette conversion, moyennant ou non quelques réglages. Tous les appareils vendus en Belgique depuis 1978 sont théoriquement compatibles avec les deux gaz. (Belga)