À la demande de l'Absym, l'Inami a créé le 16 mars deux nouveaux numéros de nomenclature qui peuvent être attestés en tiers-payant par tous les médecins durant la crise liée au coronavirus. L'honoraire pour les consultations téléphoniques avait été fixé à 20 euros. L'Absym est favorable à ce que le système de téléconsultation soit permanent mais dans ce cas, 20 euros ne suffiront pas. "Pour éviter toute distortion, le tarif d'une téléconsultation doit être le même que celui d'une consultation ordinaire", plaident Philippe Devos et Marc Moens, respectivement président et président d'honneur de l'Association belge des syndicats médicaux. "Le ticket modérateur doit aussi être le même." Fixer le même tarif pour les deux types de consultation serait neutre budgétairement, puisque les téléconsultations remplaceraient un certain nombre de consultations classiques. L'Absym émet toutefois des conditions à cette pérénnisation: un médecin ne pourrait pas facturer de téléconsultation sans une consultation physique avec le patient au préalable. En outre, seuls les médecins ayant un numéro Inami et qui exercent en Belgique pourront les pratiquer. Les téléconsultations conviennent pour le suivi des patients atteints d'une maladie chronique mais pas pour de nouveaux patients qui consultent pour la première fois un médecin. (Belga)

À la demande de l'Absym, l'Inami a créé le 16 mars deux nouveaux numéros de nomenclature qui peuvent être attestés en tiers-payant par tous les médecins durant la crise liée au coronavirus. L'honoraire pour les consultations téléphoniques avait été fixé à 20 euros. L'Absym est favorable à ce que le système de téléconsultation soit permanent mais dans ce cas, 20 euros ne suffiront pas. "Pour éviter toute distortion, le tarif d'une téléconsultation doit être le même que celui d'une consultation ordinaire", plaident Philippe Devos et Marc Moens, respectivement président et président d'honneur de l'Association belge des syndicats médicaux. "Le ticket modérateur doit aussi être le même." Fixer le même tarif pour les deux types de consultation serait neutre budgétairement, puisque les téléconsultations remplaceraient un certain nombre de consultations classiques. L'Absym émet toutefois des conditions à cette pérénnisation: un médecin ne pourrait pas facturer de téléconsultation sans une consultation physique avec le patient au préalable. En outre, seuls les médecins ayant un numéro Inami et qui exercent en Belgique pourront les pratiquer. Les téléconsultations conviennent pour le suivi des patients atteints d'une maladie chronique mais pas pour de nouveaux patients qui consultent pour la première fois un médecin. (Belga)