"Nous pouvons nous préparer à un retour progressif et sous contrôle à la vie normale", a déclaré aux journalistes le ministre Adam Vojtech. "Nous avons certainement dépassé le pire. En même temps, nous avons réussi à protéger les hôpitaux et les unités de soins intensifs qui gardent encore des réserves." Mercredi matin, la République tchèque enregistrait 5.033 cas confirmés de virus, dont 181 patients guéris et 91 décès. Mardi, le nombre total de cas a augmenté de 195, diagnostiqués grâce à un nombre record de 7.434 tests. Il s'agit d'une baisse significative depuis le pic de 375 nouveaux cas pour un peu plus de 5.000 tests, enregistré le 27 mars. "Les données récentes montrent une rupture dans la tendance", a déclaré Ladislav Dusek, directeur de l'Institut tchèque d'information et des statistiques de la santé. "C'est un signal clair que (...) la propagation incontrôlée de la maladie s'est arrêtée", a-t-il conclu. M. Dusek a indiqué aux journalistes que mardi, le nombre total de cas confirmés représentait 5,1% du total des tests effectués, en baisse constante depuis 6,7% enregistré fin mars. "Le nombre quotidien de nouveaux patients dans les hôpitaux reste à peu près le même", a déclaré M. Dusek, ajoutant qu'entre 13% et 15% des personnes testées positives nécessitaient des soins hospitaliers. Pour endiguer la propagation du virus, le gouvernement a fermé à la mi-mars les frontières, la plupart des magasins, les pubs, les cinémas et les théâtres. Les autorités ont imposé le port des masques dans la rue et réduit à deux personnes le nombre autorisé de participants à des réunions publiques. À ce moment-là, chaque Tchèque était susceptible d'infecter 2,64 personnes, ce nombre étant tombé dorénavant à environ 1,00 grâce aux mesures prises, a souligné M. Dusek. Lundi, la République tchèque a commencé à assouplir certaines de ces mesures, dont le port des masques. (Belga)

"Nous pouvons nous préparer à un retour progressif et sous contrôle à la vie normale", a déclaré aux journalistes le ministre Adam Vojtech. "Nous avons certainement dépassé le pire. En même temps, nous avons réussi à protéger les hôpitaux et les unités de soins intensifs qui gardent encore des réserves." Mercredi matin, la République tchèque enregistrait 5.033 cas confirmés de virus, dont 181 patients guéris et 91 décès. Mardi, le nombre total de cas a augmenté de 195, diagnostiqués grâce à un nombre record de 7.434 tests. Il s'agit d'une baisse significative depuis le pic de 375 nouveaux cas pour un peu plus de 5.000 tests, enregistré le 27 mars. "Les données récentes montrent une rupture dans la tendance", a déclaré Ladislav Dusek, directeur de l'Institut tchèque d'information et des statistiques de la santé. "C'est un signal clair que (...) la propagation incontrôlée de la maladie s'est arrêtée", a-t-il conclu. M. Dusek a indiqué aux journalistes que mardi, le nombre total de cas confirmés représentait 5,1% du total des tests effectués, en baisse constante depuis 6,7% enregistré fin mars. "Le nombre quotidien de nouveaux patients dans les hôpitaux reste à peu près le même", a déclaré M. Dusek, ajoutant qu'entre 13% et 15% des personnes testées positives nécessitaient des soins hospitaliers. Pour endiguer la propagation du virus, le gouvernement a fermé à la mi-mars les frontières, la plupart des magasins, les pubs, les cinémas et les théâtres. Les autorités ont imposé le port des masques dans la rue et réduit à deux personnes le nombre autorisé de participants à des réunions publiques. À ce moment-là, chaque Tchèque était susceptible d'infecter 2,64 personnes, ce nombre étant tombé dorénavant à environ 1,00 grâce aux mesures prises, a souligné M. Dusek. Lundi, la République tchèque a commencé à assouplir certaines de ces mesures, dont le port des masques. (Belga)