"Nous ne sommes pas fâchés de fermer mais d'avoir rouvert pour seulement trois semaines", affirme Gwenaëlle Reaume, secrétaire de l'ASBL. "Nous avons investi dans beaucoup de matériel, tel que l'encre de tatouage, qui risque d'être périmée dans trois mois", s'inquiète-t-elle, soulignant que la refermeture des salons après moins d'un mois malgré la mise en place d'un protocole sanitaire strict était exactement ce qu'ils craignaient. "Aucune étude ne peut montrer que nous sommes des vecteurs de transmission du virus. Nous étions par ailleurs encore fermés lorsque la deuxième vague a débuté", dit Mme Reaume, qui regrette que certains ministres leur aient assuré que les tatoueurs et pierceurs n'auraient pas à suspendre leurs activités de nouveau. Les tatoueurs avaient été autorisés à rouvrir leurs portes le 1er mars et sont, à la suite des annonces formulées par le Premier ministre Alexander De Croo à l'issue du comité de concertation de mercredi, contraints de refermer à partir de samedi dans le cadre d'une "pause de Pâques" de quatre semaines. (Belga)

"Nous ne sommes pas fâchés de fermer mais d'avoir rouvert pour seulement trois semaines", affirme Gwenaëlle Reaume, secrétaire de l'ASBL. "Nous avons investi dans beaucoup de matériel, tel que l'encre de tatouage, qui risque d'être périmée dans trois mois", s'inquiète-t-elle, soulignant que la refermeture des salons après moins d'un mois malgré la mise en place d'un protocole sanitaire strict était exactement ce qu'ils craignaient. "Aucune étude ne peut montrer que nous sommes des vecteurs de transmission du virus. Nous étions par ailleurs encore fermés lorsque la deuxième vague a débuté", dit Mme Reaume, qui regrette que certains ministres leur aient assuré que les tatoueurs et pierceurs n'auraient pas à suspendre leurs activités de nouveau. Les tatoueurs avaient été autorisés à rouvrir leurs portes le 1er mars et sont, à la suite des annonces formulées par le Premier ministre Alexander De Croo à l'issue du comité de concertation de mercredi, contraints de refermer à partir de samedi dans le cadre d'une "pause de Pâques" de quatre semaines. (Belga)