Le service de la police des chemins de fer, chargé d'assurer la sécurité dans les stations de métro et de train, est confronté à de nombreux départs à cause des conditions de travail difficiles et à un manque de candidats malgré les places ouvertes. "Chez ceux qui restent, on constate un taux d'absentéisme et un nombre d'incapacités de travail importants", ajoute Stéphane Deldicque. "On dénombre beaucoup de cas de fatigue, de burn-out, et une augmentation significative de gens qui ont besoin d'un soutien individuel." Des cas de suicide ou de tentative de suicide ont également été récemment recensés. Les syndicats soulignent cependant que la situation n'est pas nouvelle et qu'elle témoigne du manque structurel de moyens humains et matériels dans la police fédérale. "Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon a annoncé des investissements, nous les avons salués, mais cela va prendre du temps", ajoute Stéphane Deldicque. "En attendant, il est nécessaire d'améliorer les conditions de travail." Les syndicats ont entamé des discussions avec la médecine du travail ainsi que des représentants des polices fédérale et locale entre autres pour étudier comment inciter les policiers absents à reprendre le travail. (Belga)

Le service de la police des chemins de fer, chargé d'assurer la sécurité dans les stations de métro et de train, est confronté à de nombreux départs à cause des conditions de travail difficiles et à un manque de candidats malgré les places ouvertes. "Chez ceux qui restent, on constate un taux d'absentéisme et un nombre d'incapacités de travail importants", ajoute Stéphane Deldicque. "On dénombre beaucoup de cas de fatigue, de burn-out, et une augmentation significative de gens qui ont besoin d'un soutien individuel." Des cas de suicide ou de tentative de suicide ont également été récemment recensés. Les syndicats soulignent cependant que la situation n'est pas nouvelle et qu'elle témoigne du manque structurel de moyens humains et matériels dans la police fédérale. "Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon a annoncé des investissements, nous les avons salués, mais cela va prendre du temps", ajoute Stéphane Deldicque. "En attendant, il est nécessaire d'améliorer les conditions de travail." Les syndicats ont entamé des discussions avec la médecine du travail ainsi que des représentants des polices fédérale et locale entre autres pour étudier comment inciter les policiers absents à reprendre le travail. (Belga)