Les quatre suspects, en garde à vue depuis jeudi et vendredi, se trouvaient à 9h00 dans les cellules de l'Audience nationale, juridiction spécialisée dans les affaires de terrorisme, en attente de comparution, a précisé un porte-parole de cette juridiction. Un juge de l'Audience nationale, Fernando Andreu, après les avoir interrogés, doit déterminer quelles charges il retient contre eux pour les attentats qui ont fait 15 morts et plus de cent blessés jeudi et vendredi, à Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils à 120 km au sud. Deux d'entre eux sont les frères de terroristes présumés abattus par la police. Au total, 12 hommes, la plupart des Marocains, sont suspectés d'avoir composé la cellule qui a commis les attentats. Cinq ont été abattus dans la nuit de jeudi à vendredi, deux seraient morts en manipulant des explosifs et un huitième, Younès Abouyaaqoub, recherché par toutes les polices, a été abattu lundi. Les quatre autres ont été arrêtés, dont l'un avait été grièvement blessé dans l'explosion mercredi d'une maison dont la police pense qu'elle abritait un laboratoire d'explosifs. (Belga)

Les quatre suspects, en garde à vue depuis jeudi et vendredi, se trouvaient à 9h00 dans les cellules de l'Audience nationale, juridiction spécialisée dans les affaires de terrorisme, en attente de comparution, a précisé un porte-parole de cette juridiction. Un juge de l'Audience nationale, Fernando Andreu, après les avoir interrogés, doit déterminer quelles charges il retient contre eux pour les attentats qui ont fait 15 morts et plus de cent blessés jeudi et vendredi, à Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils à 120 km au sud. Deux d'entre eux sont les frères de terroristes présumés abattus par la police. Au total, 12 hommes, la plupart des Marocains, sont suspectés d'avoir composé la cellule qui a commis les attentats. Cinq ont été abattus dans la nuit de jeudi à vendredi, deux seraient morts en manipulant des explosifs et un huitième, Younès Abouyaaqoub, recherché par toutes les polices, a été abattu lundi. Les quatre autres ont été arrêtés, dont l'un avait été grièvement blessé dans l'explosion mercredi d'une maison dont la police pense qu'elle abritait un laboratoire d'explosifs. (Belga)