Une fois n'est pas coutume, la visite d'État s'est cantonnée à la capitale, Séoul. Pendant quatre jours, les souverains y ont enchaîné les rencontres diplomatiques et autres activités protocolaires. Parmi les moments phares du voyage, on retient notamment l'hommage émouvant rendu aux soldats belges tombés pendant la guerre de Corée, la rencontre de la reine Mathilde avec l'ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon ainsi que celle avec le médecin Marie-Hélène Brasseur, pionnière des soins palliatifs dans le pays. La visite "angoissante" de la smart city de Songdo a également marqué les esprits. Dans cette ville dite "intelligente", la notion de vie privée a complètement disparu au profit de la surveillance électronique et du contrôle des individus, à l'image de ce que Georges Orwell avait prophétisé dans son roman 1984. Enfin, la prestation remarquable de roi Philippe en taekwondo restera également dans les annales. Lors de la visite d'État, les autorités coréennes ont une nouvelle fois remercié la Belgique pour sa contribution à la guerre de Corée. Les très bonnes relations commerciales entre les deux pays, boostées grâce à l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et la Corée du Sud, ont également été soulignées à plusieurs reprises. La péninsule s'est par ailleurs intéressée de près aux mesures prises en Belgique afin de soutenir les PME alors que l'économie du pays est dominée par d'énormes mastodontes (les chaebols) au détriment des plus petites sociétés. Au niveau académique, la République a salué l'ouverture, en 2014, du campus de l'Université de Gand (UGent) à Songdo. D'un point de vue culturel, le concours Reine Elisabeth, très prisé dans la presqu'île, a également reçu les éloges des dirigeants coréens. La prochaine visite d'État aura lieu dans un pays européen au deuxième semestre de l'année. (Belga)

Une fois n'est pas coutume, la visite d'État s'est cantonnée à la capitale, Séoul. Pendant quatre jours, les souverains y ont enchaîné les rencontres diplomatiques et autres activités protocolaires. Parmi les moments phares du voyage, on retient notamment l'hommage émouvant rendu aux soldats belges tombés pendant la guerre de Corée, la rencontre de la reine Mathilde avec l'ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon ainsi que celle avec le médecin Marie-Hélène Brasseur, pionnière des soins palliatifs dans le pays. La visite "angoissante" de la smart city de Songdo a également marqué les esprits. Dans cette ville dite "intelligente", la notion de vie privée a complètement disparu au profit de la surveillance électronique et du contrôle des individus, à l'image de ce que Georges Orwell avait prophétisé dans son roman 1984. Enfin, la prestation remarquable de roi Philippe en taekwondo restera également dans les annales. Lors de la visite d'État, les autorités coréennes ont une nouvelle fois remercié la Belgique pour sa contribution à la guerre de Corée. Les très bonnes relations commerciales entre les deux pays, boostées grâce à l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et la Corée du Sud, ont également été soulignées à plusieurs reprises. La péninsule s'est par ailleurs intéressée de près aux mesures prises en Belgique afin de soutenir les PME alors que l'économie du pays est dominée par d'énormes mastodontes (les chaebols) au détriment des plus petites sociétés. Au niveau académique, la République a salué l'ouverture, en 2014, du campus de l'Université de Gand (UGent) à Songdo. D'un point de vue culturel, le concours Reine Elisabeth, très prisé dans la presqu'île, a également reçu les éloges des dirigeants coréens. La prochaine visite d'État aura lieu dans un pays européen au deuxième semestre de l'année. (Belga)