"Nous recevons beaucoup d'appels d'indépendants désemparés. Il faut agir d'urgence", résume la directrice de Mode Unie, Isolde Delanghe, tirant la sonnette d'alarme. De son côté, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) fustige "la communication anxiogène" autour des variants, qui a eu pour conséquence une troisième semaine de soldes "catastrophique".

Selon le sondage de Mode Unie et d'Unizo, huit indépendants sur 10 font état pour l'heure de ventes moindres que lors de soldes d'hiver normaux. La baisse moyenne des ventes est de 26% mais elle cache des disparités, les magasins d'habillement souffrant le plus.

Face au désarroi des indépendants, Mode Unie demande des mesures de soutien supplémentaires, comme une compensation financière ou une baisse temporaire de la TVA.

De son côté, le SNI évoque dimanche des soldes moroses. Si les deux premières semaines avaient été légèrement meilleures que prévues, la troisième s'est avérée une catastrophe pour de nombreux commerçants, constate cette organisation, selon laquelle des chiffres d'affaires en baisse de près de 40% n'ont alors pas été rares¿.

Pour le Syndicat, la communication anxiogène sur les variants constituent certainement un frein important à la venue du chaland. Par ailleurs, de nombreux commerçants remarquent que la règle du shopping seul commence à peser de plus en plus sur les clients. "Cette obligation a entraîné le fiasco des soldes d'août. Elle participe à nouveau à la difficulté de ceux-ci. Il faut absolument que le gouvernement revoie sa copie et autorise le shopping à deux avec une personne de sa bulle", demande une nouvelle fois le SNI. Cela alors que les détaillants doivent écouler des stocks encore importants: 40% en moyenne.

"Nous recevons beaucoup d'appels d'indépendants désemparés. Il faut agir d'urgence", résume la directrice de Mode Unie, Isolde Delanghe, tirant la sonnette d'alarme. De son côté, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) fustige "la communication anxiogène" autour des variants, qui a eu pour conséquence une troisième semaine de soldes "catastrophique".Selon le sondage de Mode Unie et d'Unizo, huit indépendants sur 10 font état pour l'heure de ventes moindres que lors de soldes d'hiver normaux. La baisse moyenne des ventes est de 26% mais elle cache des disparités, les magasins d'habillement souffrant le plus. Face au désarroi des indépendants, Mode Unie demande des mesures de soutien supplémentaires, comme une compensation financière ou une baisse temporaire de la TVA. De son côté, le SNI évoque dimanche des soldes moroses. Si les deux premières semaines avaient été légèrement meilleures que prévues, la troisième s'est avérée une catastrophe pour de nombreux commerçants, constate cette organisation, selon laquelle des chiffres d'affaires en baisse de près de 40% n'ont alors pas été rares¿. Pour le Syndicat, la communication anxiogène sur les variants constituent certainement un frein important à la venue du chaland. Par ailleurs, de nombreux commerçants remarquent que la règle du shopping seul commence à peser de plus en plus sur les clients. "Cette obligation a entraîné le fiasco des soldes d'août. Elle participe à nouveau à la difficulté de ceux-ci. Il faut absolument que le gouvernement revoie sa copie et autorise le shopping à deux avec une personne de sa bulle", demande une nouvelle fois le SNI. Cela alors que les détaillants doivent écouler des stocks encore importants: 40% en moyenne.