Selon les premiers résultats, plus de 86% des votants ont dit non à ce texte adopté en mars qui, selon les écologistes, ouvre la voie à la privatisation par le gouvernement du littoral ainsi que des berges de rivières et de lacs, avec un impact à terme sur la qualité des eaux et l'environnement. La loi précédente n'autorisait aucune construction d'infrastructures et de bâtiments publics et privés susceptibles de bloquer l'accès aux plans d'eau mais désormais le gouvernement pourra accorder des exceptions. Le référendum a été organisé à l'initiative d'une alliance d'organisations civiles et environnementales, qui ont réuni bien au-delà des 40.000 signatures nécessaires. Dans un communiqué, Nika Kovac, une initiatrice de la campagne, a salué le fait que près d'un demi-million de citoyens avaient voté contre le texte, dans un pays de deux millions d'habitants. "Ce résultat reflète également les désaccords de la population avec la classe politique actuelle", a-t-elle souligné. Janez Jansa, qui a échappé ces derniers mois à deux motions de défiance, est accusé d'avoir limité les droits de ses compatriotes sous le prétexte de la lutte contre la pandémie, en ciblant particulièrement les médias. Plusieurs manifestations d'ampleur ont eu lieu en mai et juin dans la capitale Ljubljana pour demander son départ. Le dirigeant conservateur suscite aussi l'inquiétude au niveau des institutions européennes, la Slovénie venant de prendre la présidence semestrielle de l'UE. (Belga)

Selon les premiers résultats, plus de 86% des votants ont dit non à ce texte adopté en mars qui, selon les écologistes, ouvre la voie à la privatisation par le gouvernement du littoral ainsi que des berges de rivières et de lacs, avec un impact à terme sur la qualité des eaux et l'environnement. La loi précédente n'autorisait aucune construction d'infrastructures et de bâtiments publics et privés susceptibles de bloquer l'accès aux plans d'eau mais désormais le gouvernement pourra accorder des exceptions. Le référendum a été organisé à l'initiative d'une alliance d'organisations civiles et environnementales, qui ont réuni bien au-delà des 40.000 signatures nécessaires. Dans un communiqué, Nika Kovac, une initiatrice de la campagne, a salué le fait que près d'un demi-million de citoyens avaient voté contre le texte, dans un pays de deux millions d'habitants. "Ce résultat reflète également les désaccords de la population avec la classe politique actuelle", a-t-elle souligné. Janez Jansa, qui a échappé ces derniers mois à deux motions de défiance, est accusé d'avoir limité les droits de ses compatriotes sous le prétexte de la lutte contre la pandémie, en ciblant particulièrement les médias. Plusieurs manifestations d'ampleur ont eu lieu en mai et juin dans la capitale Ljubljana pour demander son départ. Le dirigeant conservateur suscite aussi l'inquiétude au niveau des institutions européennes, la Slovénie venant de prendre la présidence semestrielle de l'UE. (Belga)