Les saisonniers qui devaient débuter leur travail lors de la réouverture de Walibi, le 5 avril, se retrouvent désormais sans emploi en raison de la crise du coronavirus, qui oblige le parc d'attractions à rester fermé pour une période indéfinie. Si une partie du personnel fixe est en télétravail, la majorité se trouve actuellement au chômage temporaire. Selon la porte-parole de Walibi, les conséquences financières de la fermeture prolongée du parc entraîneront des "pertes conséquentes". Le groupe français Compagnie des Alpes, auquel appartient le parc d'attractions, a annoncé en début de semaine avoir réalisé un bénéfice record de 62,2 millions d'euros pour l'exercice 2018-2019. L'entretien des jardins et des animaux empêche le parc animalier Pairi Daiza de fermer ses portes au personnel, dont la moitié est actuellement complètement ou partiellement au chômage temporaire, selon la porte-parole. "Nous n'avions pas encore commencé le recrutement des étudiants mais pour l'instant, tout est gelé. Les saisonniers qui ont été engagés avant le 17 mars, c'est-à-dire au moment où le gouvernement a pris les mesures de protection, pourront bénéficier du chômage temporaire." Selon la porte-parole de Pairi Daiza, l'entretien du parc - alors que celui-ci n'engrange pas de recettes - coûterait 100.000 euros par jour depuis le 21 mars. (Belga)

Les saisonniers qui devaient débuter leur travail lors de la réouverture de Walibi, le 5 avril, se retrouvent désormais sans emploi en raison de la crise du coronavirus, qui oblige le parc d'attractions à rester fermé pour une période indéfinie. Si une partie du personnel fixe est en télétravail, la majorité se trouve actuellement au chômage temporaire. Selon la porte-parole de Walibi, les conséquences financières de la fermeture prolongée du parc entraîneront des "pertes conséquentes". Le groupe français Compagnie des Alpes, auquel appartient le parc d'attractions, a annoncé en début de semaine avoir réalisé un bénéfice record de 62,2 millions d'euros pour l'exercice 2018-2019. L'entretien des jardins et des animaux empêche le parc animalier Pairi Daiza de fermer ses portes au personnel, dont la moitié est actuellement complètement ou partiellement au chômage temporaire, selon la porte-parole. "Nous n'avions pas encore commencé le recrutement des étudiants mais pour l'instant, tout est gelé. Les saisonniers qui ont été engagés avant le 17 mars, c'est-à-dire au moment où le gouvernement a pris les mesures de protection, pourront bénéficier du chômage temporaire." Selon la porte-parole de Pairi Daiza, l'entretien du parc - alors que celui-ci n'engrange pas de recettes - coûterait 100.000 euros par jour depuis le 21 mars. (Belga)