Depuis le 1er juillet, Eric Garbar est responsable de la cellule de traite et de trafic d'êtres humains de la police fédérale. Il s'est spécialisé lorsqu'il travaillait à Charleroi comme enquêteur pour la police locale et judiciaire, et succède à Wim Bontinck, qui prendra sa retraite à la fin de cette année.
...

Depuis le 1er juillet, Eric Garbar est responsable de la cellule de traite et de trafic d'êtres humains de la police fédérale. Il s'est spécialisé lorsqu'il travaillait à Charleroi comme enquêteur pour la police locale et judiciaire, et succède à Wim Bontinck, qui prendra sa retraite à la fin de cette année.En mai dernier, votre prédécesseur a accompli mission en Chine. Qu'est-ce qu'il est allé faire là-bas?Il a établi les premiers contacts avec le gouvernement chinois en vue d'une coopération sur la traite des êtres humains. Depuis deux ans, nous voyons un nombre remarquable de femmes chinoises, des milliers, venir dans toute l'Europe pour travailler comme prostituées. Nous avions l'habitude de voir des Chinoises victimes d'exploitation, principalement dans les restaurants chinois. Et puis il y avait les salons de massage chinois, où les femmes allaient parfois plus loin que le massage classique.Actuellement, une dizaine d'enquêtes - judiciaires et d'investigation - sont menées dans toute la Belgique sur les réseaux criminels derrière la prostitution chinoise. Ils font venir des femmes en Europe pour travailler dans des lieux privés, des hôtels, etc. Pas derrière des vitrines ou dans des bars. Il s'agit de prostitution cachée. C'est pourquoi le phénomène est très difficile à détecter et à contrôler.Si cette prostitution est si cachée, comment les clients trouvent-ils leur chemin ?Des clients de tous les milieux sont attirés par les jeunes femmes chinoises : ouvriers, fonctionnaires, cadres.... Ils prennent principalement contact par l'intermédiaire de sites web où l'on peut effectuer des recherches à l'aide de toutes sortes de filtres. Parfois, les clients laissent même des commentaires derrière eux : "C'était génial. Cette fille se débrouille bien." Il y a aussi le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux comme WhatsApp. Parfois, les clients réservent même un Airbnb. C'est comme ça que ça marche de nos jours. Les motels, c'est devenu vintage.De combien de prostituées chinoises parle-t-on ? En Belgique, on estime que quelques centaines de femmes sont impliquées. On les trouve principalement dans les grandes villes où il y a déjà une diaspora chinoise : Bruxelles, Anvers, Gand, Liège et Charleroi. Habituellement, elles arrivaient en Europe par avion, avec un visa Schengen en cours de validité. Elles ont vingt-cinq ans en moyenne . Nous vérifions soigneusement qu'il n'y a pas de mineures parmi elles.Est-ce un phénomène inquiétant ? Certainement, car la "réserve" est si grande. La Chine compte 1,4 milliard d'habitants, dont 3 à 4 millions de prostituées. La prostitution est interdite par la loi, mais elle est plus tolérée depuis quelques années. Les clients chinois préfèrent les femmes relativement jeunes. Cela signifie que les prostituées commencent à se prostituer vers l'âge de 18 ans. Dès l'âge de 22 ou 23 ans, elles sont jugées "trop vieilles" en Chine. Du coup, les réseaux criminels les envoient en Europe et aux États-Unis.Ces femmes sont-elles des victimes ou s'agit-il d'un choix?Pour la police, toute prostituée est une victime potentielle. S'il s'avère que c'est un choix conscient, il n'y a pas de problème.Les prostituées chinoises subissent-elles de la violence ou des pressions ? Pas comme les réseaux de prostitution albanais ou bulgares des années 1990. Les proxénètes infligeaient des brûlures de cigarettes aux femmes ou les tabassaient. La police et les tribunaux ont pris des mesures fermes à cet égard. Depuis lors, l'environnement criminel s'est adapté : la violence est devenue moins courante, les menaces l'ont remplacée. Les femmes chinoises doivent rembourser les frais de leur voyage, leur dit-on, "sinon votre famille en Chine, vos enfants ou vous-même allez avoir des ennuis". Et ils sont tous sous la surveillance d'une "madame" ou d'un proxénète. Il y a toujours quelqu'un à proximité pour encaisser une partie des recettes.Comment fonctionnent les réseaux criminels sous-jacents ?Nous n'aurons pas de vision claire de la situation avant un an ou deux. Quoi qu'il en soit, Europol y travaille en priorité. Pour qu'une enquête soit fructueuse, le policier doit d'abord gagner la confiance des victimes. Ce n'est qu'à ce moment-là que vous obtiendrez des informations concrètes qui vous permettront d'obtenir des résultats. Ce n'est pas facile, surtout dans un environnement très fermé comme le chinois.Comment se passe la coopération avec le gouvernement chinois?Nous devons être très prudents à ce sujet, surtout pour ne pas perdre notre crédibilité vis-à-vis des victimes. Le gouvernement chinois déploie de nombreuses ressources pour surveiller le comportement de sa population. Entre autres choses, le droit au logement et à l'éducation dans le pays en dépend. Eh bien, si ce gouvernement apprenait qu'une femme chinoise s'est prostituée en Europe, et qu'elle a peut-être ainsi violé l'image de son pays, cela pourrait avoir des conséquences pour elle ou sa famille. C'est pourquoi nous n'échangeons actuellement que des informations générales avec la Chine, et certainement pas des noms ou des dates de naissance.Comment les réseaux de prostitution albanais, roumains, bulgares et nigérians réagissent-ils à l'arrivée de concurrents chinois ?Il n'y a pas de guerre entre clans de nationalités différentes, à notre connaissance. Mais, franchement, nous n'avons aucune idée des relations entre tous ces différents groupes de délinquants criminels. Les investissements dans la lutte contre la traite des êtres humains sont tout simplement insuffisants. Depuis environ cinq ans, la police - principalement pour des raisons politiques - a débloqué une grande partie de ses moyens pour le trafic d'êtres humains et de migration illégale, au détriment de la traite des êtres humains. Je rêve de rétablir cet équilibre aux niveaux national et local. Après tout, la traite des êtres humains est vraiment synonyme d'esclavage moderne : exploiter des personnes vulnérables pour gagner de l'argent. Ce phénomène doit vraiment redevenir une priorité dans notre pays.La police note-t-elle de nouvelles tendances en matière de prostitution ?Depuis un an et demi, nous constatons une augmentation du nombre de shemales en provenance de pays comme le Brésil, le Venezuela, l'Uruguay et le Paraguay. Elles arrivent dans des villes comme Bruxelles, Bruges, Gand, Anvers et Charleroi. Parfois, elles se déplacent d'une ville à l'autre : une semaine ici sur le trottoir, la semaine suivante derrière la vitrine. Viennent-elles de leur propre initiative ou sont-elles envoyées par des groupes criminels ? Cela n'est pas encore clair. Nous gardons un oeil sur le phénomène. Le fait est que certaines shemales en Europe travaillent comme prostituées pour rembourser les opérations qu'elles ont subies en Amérique latine.Quelles sont vos priorités en tant que nouveau chef de la cellule de traite des êtres humains ?Les groupements criminels travaillent au-delà des frontières, de sorte que les enquêteurs doivent aussi coopérer davantage à l'échelle internationale. Ce réflexe fait encore défaut en Belgique. Il est parfois déjà difficile d'unir les forces entre districts, ou entre le nord et le sud du pays. Mais nous y parviendrons. Il le faudra.Au niveau européen, nous sommes très préoccupés par l'exploitation des mineurs de la communauté rom par des groupes criminels des Balkans pour commettre des vols en Europe occidentale. Le problème, c'est que ces enfants sont logés dans une maison en Espagne, par exemple, et qu'ils doivent ensuite aller voler dans un pays comme la France. Cela aussi nous oblige à coopérer au niveau européen.Retrouvez-vous ces enfants en Belgique aussi?J'en ai bien peur. Je ne peux pas en dire grand-chose, car il s'agit d'un dossier que nous avons récemment lancé. Une mère nous avait signalé que sa fille de douze ans avait disparu. Finalement, il s'est avéré qu'elle avait vendu son propre enfant à une organisation criminelle afin de commettre des vols en Europe. Pour 500 euros ! Cette fille est apparue dans une enquête belge. Et donc nous connaissons quelques autres cas.Comprenez-vous maintenant pourquoi il est si important d'accorder plus d'attention à la lutte contre la traite des êtres humains ?