Paradoxe de ce scrutin, des figures du "trumpisme" soutenaient le juge Moore, à commencer par Steve Bannon, ex-conseiller du président évincé en août de la Maison Blanche. Le scrutin illustre aussi la menace posée par une frange du monde conservateur, en guerre ouverte avec l'establishment du parti républicain. L'affrontement était moins une bataille idéologique que de personnalités. Luther Strange, nommé en février par le gouverneur en raison de la vacance du siège, est un conservateur classique, lobbyiste devenu homme politique, et qui avait promis sa loyauté au milliardaire. Roy Moore a bâti sa réputation en défiant les autorités sur la place de la religion dans l'espace public... un thème qui ne fait pas partie du coeur du message du milliardaire new-yorkais. En tant que chef du pouvoir judiciaire de l'Alabama, il s'est fait sanctionner par ses pairs pour avoir refusé une décision de justice sur la légalisation du mariage gay. Roy Moore affrontera le 12 décembre le candidat démocrate Doug Jones. Dans cet Etat très conservateur, il part favori pour devenir l'un des 100 sénateurs américains et succéder ainsi à Jeff Sessions, qui avait cédé son siège à Luther Strange après sa nomination comme ministre de la Justice. (Belga)

Paradoxe de ce scrutin, des figures du "trumpisme" soutenaient le juge Moore, à commencer par Steve Bannon, ex-conseiller du président évincé en août de la Maison Blanche. Le scrutin illustre aussi la menace posée par une frange du monde conservateur, en guerre ouverte avec l'establishment du parti républicain. L'affrontement était moins une bataille idéologique que de personnalités. Luther Strange, nommé en février par le gouverneur en raison de la vacance du siège, est un conservateur classique, lobbyiste devenu homme politique, et qui avait promis sa loyauté au milliardaire. Roy Moore a bâti sa réputation en défiant les autorités sur la place de la religion dans l'espace public... un thème qui ne fait pas partie du coeur du message du milliardaire new-yorkais. En tant que chef du pouvoir judiciaire de l'Alabama, il s'est fait sanctionner par ses pairs pour avoir refusé une décision de justice sur la légalisation du mariage gay. Roy Moore affrontera le 12 décembre le candidat démocrate Doug Jones. Dans cet Etat très conservateur, il part favori pour devenir l'un des 100 sénateurs américains et succéder ainsi à Jeff Sessions, qui avait cédé son siège à Luther Strange après sa nomination comme ministre de la Justice. (Belga)