Ainsi, par exemple, en cas de premier constat d'infraction pour des commerçants qui ouvrent leur établissement, une transaction pénale de 750 euros leur sera proposée. La transaction sera de 250 euros pour les autres contrevenants. La justice entend ainsi frapper au portefeuille pour contraindre les citoyens à se conformer rapidement aux mesures de confinement. En cas de récidive, une citation directe devant un tribunal sera lancée à l'encontre du contrevenant. Concernant les entreprises dont le fonctionnement est actuellement non essentiel et qui n'auraient pas fermé, la transaction pénale proposée s'élèvera à 1.500 euros. En cas de récidive, les responsables de ces entreprises seront également cités à comparaître directement devant un tribunal. "La phase pédagogique est terminée. La police verbalisera désormais systématiquement", a déclaré Christian De Valkeneer, procureur général de Liège. "On va analyser la mise en oeuvre de cette circulaire chaque jour afin d'évaluer si elle porte ses fruits. S'il faut prendre des mesures plus coercitives, nous le ferons. Des mesures comme la saisie d'un véhicule ou d'un GSM qui ont servi à l'infraction sont envisageables", a-t-il dit. (Belga)

Ainsi, par exemple, en cas de premier constat d'infraction pour des commerçants qui ouvrent leur établissement, une transaction pénale de 750 euros leur sera proposée. La transaction sera de 250 euros pour les autres contrevenants. La justice entend ainsi frapper au portefeuille pour contraindre les citoyens à se conformer rapidement aux mesures de confinement. En cas de récidive, une citation directe devant un tribunal sera lancée à l'encontre du contrevenant. Concernant les entreprises dont le fonctionnement est actuellement non essentiel et qui n'auraient pas fermé, la transaction pénale proposée s'élèvera à 1.500 euros. En cas de récidive, les responsables de ces entreprises seront également cités à comparaître directement devant un tribunal. "La phase pédagogique est terminée. La police verbalisera désormais systématiquement", a déclaré Christian De Valkeneer, procureur général de Liège. "On va analyser la mise en oeuvre de cette circulaire chaque jour afin d'évaluer si elle porte ses fruits. S'il faut prendre des mesures plus coercitives, nous le ferons. Des mesures comme la saisie d'un véhicule ou d'un GSM qui ont servi à l'infraction sont envisageables", a-t-il dit. (Belga)