Les deux ont remis lundi un rapport à la Première ministre afin de préparer l'après 27 juin. Ils ont consulté les dix partis associés aux pouvoirs spéciaux sur la façon de constituer un gouvernement fédéral et préparer un plan de relance. Leur conclusion: vu qu'aucune coalition majoritaire ne semble possible, pourquoi ne pas partir d'un noyau minoritaire, une "tripartite classique" composée du trio gouvernemental actuel additionné des socialistes et du cdH. Cette coalition minoritaire qui s'appuierait au parlement sur des partis extérieurs composerait un programme de relance d'ici le 17 septembre, quand Sophie Wilmès posera à nouveau la question de la confiance au parlement. Selon les socialistes, c'est à Sophie Wilmès désormais de prendre les choses en main. Depuis que la Première ministre a reçu lundi le rapport composé par le duo Magnette-Rousseau, les présidents du CD&V et de l'Open Vld restent silencieux. (Belga)

Les deux ont remis lundi un rapport à la Première ministre afin de préparer l'après 27 juin. Ils ont consulté les dix partis associés aux pouvoirs spéciaux sur la façon de constituer un gouvernement fédéral et préparer un plan de relance. Leur conclusion: vu qu'aucune coalition majoritaire ne semble possible, pourquoi ne pas partir d'un noyau minoritaire, une "tripartite classique" composée du trio gouvernemental actuel additionné des socialistes et du cdH. Cette coalition minoritaire qui s'appuierait au parlement sur des partis extérieurs composerait un programme de relance d'ici le 17 septembre, quand Sophie Wilmès posera à nouveau la question de la confiance au parlement. Selon les socialistes, c'est à Sophie Wilmès désormais de prendre les choses en main. Depuis que la Première ministre a reçu lundi le rapport composé par le duo Magnette-Rousseau, les présidents du CD&V et de l'Open Vld restent silencieux. (Belga)