Des images largement partagées sur les réseaux sociaux montraient des flammes et de la fumée noire se dégageant d'un bâtiment conçu par la célèbre architecte Irako-britannique Zaha Hadid, décédée en 2016. Une façade a été endommagée mais les pompiers et les équipes de la défense civile ont réussi à maîtriser le feu. "Quand nous sommes arrivés, les flammes étaient fortes", a indiqué un pompier sur le site. "L'incendie a pris dans les panneaux isolant entre la façade extérieur et le mur intérieur", a-t-il expliqué, sans pouvoir déterminer la cause du feu. Sur les réseaux sociaux, des Libanais exprimaient leur stupéfaction face à ce troisième incendie à Beyrouth, alors qu'ils sont encore sous le choc de l'explosion dévastatrice du 4 août qui a tué plus de 190 personnes, fait plus de 6.500 blessés et ravagé des quartiers entiers de la capitale. "Un autre incendie ! (...) Un des joyaux contemporains de Beyrouth .... Un autre accident?", déplore ainsi sur Facebook Nayla de Freige. Jeudi, un énorme incendie s'est déclaré dans un entrepôt du port de Beyrouth utilisé notamment par la Croix-Rouge internationale pour stocker des milliers de colis alimentaires et un demi-million de litres d'huile. Le feu aurait été provoqué par des "réparations" menées sur le site et les "étincelles" d'une scie électrique, selon des informations "préliminaires" du gouvernement. Pour l'incendie de mardi, des médias locaux ont évoqué de possibles "travaux de soudure". Le drame du 4 août avait été provoqué par une importante quantité de nitrate d'ammonium stockée depuis plus de six ans "sans mesures de précaution", de l'aveu même des autorités. Des sources sécuritaires avaient fait état de travaux de soudure menés quelques heures seulement avant cette tragédie, et qui auraient été à l'origine d'un incendie ayant entraîné l'explosion. (Belga)

Des images largement partagées sur les réseaux sociaux montraient des flammes et de la fumée noire se dégageant d'un bâtiment conçu par la célèbre architecte Irako-britannique Zaha Hadid, décédée en 2016. Une façade a été endommagée mais les pompiers et les équipes de la défense civile ont réussi à maîtriser le feu. "Quand nous sommes arrivés, les flammes étaient fortes", a indiqué un pompier sur le site. "L'incendie a pris dans les panneaux isolant entre la façade extérieur et le mur intérieur", a-t-il expliqué, sans pouvoir déterminer la cause du feu. Sur les réseaux sociaux, des Libanais exprimaient leur stupéfaction face à ce troisième incendie à Beyrouth, alors qu'ils sont encore sous le choc de l'explosion dévastatrice du 4 août qui a tué plus de 190 personnes, fait plus de 6.500 blessés et ravagé des quartiers entiers de la capitale. "Un autre incendie ! (...) Un des joyaux contemporains de Beyrouth .... Un autre accident?", déplore ainsi sur Facebook Nayla de Freige. Jeudi, un énorme incendie s'est déclaré dans un entrepôt du port de Beyrouth utilisé notamment par la Croix-Rouge internationale pour stocker des milliers de colis alimentaires et un demi-million de litres d'huile. Le feu aurait été provoqué par des "réparations" menées sur le site et les "étincelles" d'une scie électrique, selon des informations "préliminaires" du gouvernement. Pour l'incendie de mardi, des médias locaux ont évoqué de possibles "travaux de soudure". Le drame du 4 août avait été provoqué par une importante quantité de nitrate d'ammonium stockée depuis plus de six ans "sans mesures de précaution", de l'aveu même des autorités. Des sources sécuritaires avaient fait état de travaux de soudure menés quelques heures seulement avant cette tragédie, et qui auraient été à l'origine d'un incendie ayant entraîné l'explosion. (Belga)