A cet effet, une note a été rédigée, en interne à la police fédérale, pour faire le point sur la collaboration avec les services français. Au rayon des motifs de frustration : les fuites dans la presse française. Aussitôt transmis, le contenu des rapports belges a effectivement filé vers Le Monde, notamment. Ainsi, le récit du quotidien sur la fuite de Salah Abdeslam et Abdelhamid Abaaout après les attentats du 13 novembre, paru le 1er janvier dernier et basé sur "6 000 procès-verbaux d'enquête", a-t-il été largement alimenté par le produit des investigations de la police fédérale...