Les trois Régions et le gouvernement fédéral ne sont pas parvenus à trouver un accord à Glasgow, où se déroule la COP26, sur le partage de l'effort en vue d'atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Parmi les nouveaux objectifs que la Commission européenne propose d'assigner à la Belgique, figure une réduction de 47% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 dans les secteurs non-ETS (transport, bâtiment, agriculture...). A l'échelle de l'Union européenne, des discussions sont toujours en cours, a fait remarquer le chef du gouvernement. Selon lui, "il y a une logique" à ce que des discussions aient également lieu en Belgique. L'opposition n'a pas pris le même ton rassurant. "Il y a de quoi être de plus en plus inquiet", a affirmé le député François De Smet (DéFI). "Vous ne pouvez pas banaliser cet échec", a dit Georges Dallemagne (cdH). "En Belgique, on a le record du nombre de ministres du Climat et ils ne parviennent pas à se mettre d'accord. On ne peut pas continuer comme ça", a souligné Raoul Hedebouw (PTB). La discussion sur la répartition de l'effort se déroule actuellement au sein de la commission nationale climat dont les ministres des différentes entités assurent à tour de rôle la présidence. Le PS en a appelé au Premier ministre. "Que comptez-vous faire pour reprendre ce dossier en main et le faire aboutir?" a demandé Chanelle Bonaventure. (Belga)

Les trois Régions et le gouvernement fédéral ne sont pas parvenus à trouver un accord à Glasgow, où se déroule la COP26, sur le partage de l'effort en vue d'atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Parmi les nouveaux objectifs que la Commission européenne propose d'assigner à la Belgique, figure une réduction de 47% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 dans les secteurs non-ETS (transport, bâtiment, agriculture...). A l'échelle de l'Union européenne, des discussions sont toujours en cours, a fait remarquer le chef du gouvernement. Selon lui, "il y a une logique" à ce que des discussions aient également lieu en Belgique. L'opposition n'a pas pris le même ton rassurant. "Il y a de quoi être de plus en plus inquiet", a affirmé le député François De Smet (DéFI). "Vous ne pouvez pas banaliser cet échec", a dit Georges Dallemagne (cdH). "En Belgique, on a le record du nombre de ministres du Climat et ils ne parviennent pas à se mettre d'accord. On ne peut pas continuer comme ça", a souligné Raoul Hedebouw (PTB). La discussion sur la répartition de l'effort se déroule actuellement au sein de la commission nationale climat dont les ministres des différentes entités assurent à tour de rôle la présidence. Le PS en a appelé au Premier ministre. "Que comptez-vous faire pour reprendre ce dossier en main et le faire aboutir?" a demandé Chanelle Bonaventure. (Belga)