La Commission européenne espère que les Etats membres et le Parlement pourront conclure un accord sur la fin du changement d'heure d'ici la fin de l'année. Dans ce cas, le 31 mars 2019 sera la dernière fois où l'on passe à l'heure d'été. D'ici avril, chaque Etat membre devrait avoir communiqué son choix pour le maintien de l'heure d'été ou l'heure d'hiver. "Nous avons convenu de commencer une concertation. Une forme de consultation doit avoir lieu dans les trois pays", a indiqué le chef de gouvernement belge. La Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg choisiront-ils l'heure d'été, l'heure d'hiver, ou préféreront-ils maintenir le changement d'heure? M. Michel n'a pas voulu s'avancer. "Notre priorité, c'est d'aboutir à une décision commune et d'impliquer aussi certains pays proches, comme la France, l'Allemagne et l'Italie", a-t-il ajouté. Avant d'adopter leur position, les trois pays veulent "écouter la population". Des experts examineront la façon d'organiser une consultation. M. Michel insiste sur la nécessité d'un choix "de bon sens". (Belga)

La Commission européenne espère que les Etats membres et le Parlement pourront conclure un accord sur la fin du changement d'heure d'ici la fin de l'année. Dans ce cas, le 31 mars 2019 sera la dernière fois où l'on passe à l'heure d'été. D'ici avril, chaque Etat membre devrait avoir communiqué son choix pour le maintien de l'heure d'été ou l'heure d'hiver. "Nous avons convenu de commencer une concertation. Une forme de consultation doit avoir lieu dans les trois pays", a indiqué le chef de gouvernement belge. La Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg choisiront-ils l'heure d'été, l'heure d'hiver, ou préféreront-ils maintenir le changement d'heure? M. Michel n'a pas voulu s'avancer. "Notre priorité, c'est d'aboutir à une décision commune et d'impliquer aussi certains pays proches, comme la France, l'Allemagne et l'Italie", a-t-il ajouté. Avant d'adopter leur position, les trois pays veulent "écouter la population". Des experts examineront la façon d'organiser une consultation. M. Michel insiste sur la nécessité d'un choix "de bon sens". (Belga)