Les partis flamands de la coalition tant fédérale que régionale (la N-VA, le CD&V et l'Open Vld) perdent pour leur part ensemble 8,3% des intentions de vote.

Ce recul, par rapport aux scrutins fédéral et régional d'il y a deux ans et demi, bénéficie aux partis d'opposition.

Le principal d'entre eux, le sp.a, est crédité de 15,8% des intentions de vote (+1,7% de plus que lors des élections). Groen réalise la plus forte progression, de 8,5 à 13,3%. Le Vlaams Belang gagne 2,2%, à 8,1%.

Mais contrairement à la tendance enregistrée du côte francophone, l'extrême gauche du PVDA-PTB n'atteint pas le seuil d'éligibilité, à 3,4%. Au sein de la majorité, la N-VA perd 4,6%, tout en restant de loin le principal parti flamand, à 27,8%.

Le sondage a été réalisé entre le 14 septembre et le 3 octobre, la période au cours de laquelle les députés Hendrik Vuye et Veerle Wouters ont quitté le parti nationaliste.

Le CD&V recule de 1,7%, mais reste le deuxième parti, à 16,8%. Quant au troisième membre de la majorité, l'Open Vld, il s'établit à 13,6%, soit 2% de moins qu'en 2014. Les libéraux cèdent ainsi la troisième place aux socialistes et sont talonnés par les écologistes.

Les partis flamands de la coalition tant fédérale que régionale (la N-VA, le CD&V et l'Open Vld) perdent pour leur part ensemble 8,3% des intentions de vote. Ce recul, par rapport aux scrutins fédéral et régional d'il y a deux ans et demi, bénéficie aux partis d'opposition. Le principal d'entre eux, le sp.a, est crédité de 15,8% des intentions de vote (+1,7% de plus que lors des élections). Groen réalise la plus forte progression, de 8,5 à 13,3%. Le Vlaams Belang gagne 2,2%, à 8,1%. Mais contrairement à la tendance enregistrée du côte francophone, l'extrême gauche du PVDA-PTB n'atteint pas le seuil d'éligibilité, à 3,4%. Au sein de la majorité, la N-VA perd 4,6%, tout en restant de loin le principal parti flamand, à 27,8%. Le sondage a été réalisé entre le 14 septembre et le 3 octobre, la période au cours de laquelle les députés Hendrik Vuye et Veerle Wouters ont quitté le parti nationaliste. Le CD&V recule de 1,7%, mais reste le deuxième parti, à 16,8%. Quant au troisième membre de la majorité, l'Open Vld, il s'établit à 13,6%, soit 2% de moins qu'en 2014. Les libéraux cèdent ainsi la troisième place aux socialistes et sont talonnés par les écologistes.