"La décennie qui s'ouvre dans la lutte contre le dérèglement climatique est en quelque sorte la décennie de la dernière chance. La dernière conférence mondiale pour le climat nous a rappelé combien la partie sera difficile et complexe... La transition doit être le projet de tous les Bruxellois et toutes les Bruxelloises si nous voulons qu'il réussisse", ont affirmé les représentants Ecolo du gouvernement bruxellois, Alain Marton et Barbara Trachte, en présentant lundi matin leurs projets pour cette nouvelle année. Dans le droit fil de la lettre de voeux qu'ils ont adressée le même jour aux Bruxellois, ceux-ci ont annoncé l'ouverture au cours des prochains mois d'un vaste débat public autour d'une vision bas carbone à l'horizon 2050. Il sera également question d'élaborer une stratégie de résilience bruxelloise urbaine, soit d'adaptation des quartiers de la ville aux conséquences prévisibles des changements climatiques en tenant compte des publics les plus fragilisés. Sans attendre celle-ci, dès 2020, des actions concrètes seront menées pour "apporter plus de vert et d'eau, en priorité dans les quartiers les plus denses": de nouvelles étapes seront franchies dans le projet de mise à ciel ouvert de la Senne au Parc Maximilien, en vue de créer le Parc des Colombophiles dans la zone du Port de Bruxelles. Alain Maron s'est ainsi engagé à une remise en ordre de Bruxelles Propreté pour en faire à la fois un outil à la pointe en matière de gestion des déchets, mais aussi un acteur de prévention. Les travaux préparatoires à la sortie du diesel en 2030 et de l'essence en 2035 seront poursuivis. Les ministres Ecolo annoncent aussi une remise à plat de la stratégie d'implantation d'un réseau de recharge des véhicules électriques. En matière d'économie, il sera dans un premier temps surtout question de pédagogie et de l'accompagnement des acteurs vers la transition économique mais aussi de préparer la réorientation des outils de soutien économiques au profit de modèles positifs sur les plans social et environnemental. Un nouvel appel à projets d'économie circulaire sera lancé. Les appels à projets de recherche scientifique seront réorientés prioritairement dans une option de résilience. (Belga)

"La décennie qui s'ouvre dans la lutte contre le dérèglement climatique est en quelque sorte la décennie de la dernière chance. La dernière conférence mondiale pour le climat nous a rappelé combien la partie sera difficile et complexe... La transition doit être le projet de tous les Bruxellois et toutes les Bruxelloises si nous voulons qu'il réussisse", ont affirmé les représentants Ecolo du gouvernement bruxellois, Alain Marton et Barbara Trachte, en présentant lundi matin leurs projets pour cette nouvelle année. Dans le droit fil de la lettre de voeux qu'ils ont adressée le même jour aux Bruxellois, ceux-ci ont annoncé l'ouverture au cours des prochains mois d'un vaste débat public autour d'une vision bas carbone à l'horizon 2050. Il sera également question d'élaborer une stratégie de résilience bruxelloise urbaine, soit d'adaptation des quartiers de la ville aux conséquences prévisibles des changements climatiques en tenant compte des publics les plus fragilisés. Sans attendre celle-ci, dès 2020, des actions concrètes seront menées pour "apporter plus de vert et d'eau, en priorité dans les quartiers les plus denses": de nouvelles étapes seront franchies dans le projet de mise à ciel ouvert de la Senne au Parc Maximilien, en vue de créer le Parc des Colombophiles dans la zone du Port de Bruxelles. Alain Maron s'est ainsi engagé à une remise en ordre de Bruxelles Propreté pour en faire à la fois un outil à la pointe en matière de gestion des déchets, mais aussi un acteur de prévention. Les travaux préparatoires à la sortie du diesel en 2030 et de l'essence en 2035 seront poursuivis. Les ministres Ecolo annoncent aussi une remise à plat de la stratégie d'implantation d'un réseau de recharge des véhicules électriques. En matière d'économie, il sera dans un premier temps surtout question de pédagogie et de l'accompagnement des acteurs vers la transition économique mais aussi de préparer la réorientation des outils de soutien économiques au profit de modèles positifs sur les plans social et environnemental. Un nouvel appel à projets d'économie circulaire sera lancé. Les appels à projets de recherche scientifique seront réorientés prioritairement dans une option de résilience. (Belga)