Le futur Plan taxi suscite la polémique au sein du secteur, qui a manifesté mardi devant le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et le parlement bruxellois. Le nouveau texte légal doit assurer l'uniformité dans le secteur des taxis, assure pour sa part le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet.

Le Plan taxi se trouve actuellement sur la table du gouvernement bruxellois et une décision sur sa mise en oeuvre devrait donc bientôt être prise. Le plan devrait instaurer une égalité de traitement entre les taxis ordinaires et les limousines, qu'Uber utilise. "Les nouvelles règles seront les mêmes pour tout le monde afin qu'il y ait une concurrence plus équitable entre tous les services de transport de passagers", défend le porte-parole du ministre Smet, Mathias Dobbels. Tant qu'une nouvelle règlementation ne sera pas instaurée, le secteur des taxis bruxellois organisera des actions tous les mois. Le cabinet du ministre Smet a par ailleurs fait savoir que les contrôles des taxis et des services de limousine ont toujours lieu. "L'année dernière, 250 procès verbaux ont été dressés pour des limousines qui étaient en violation de la réglementation et 15 confiscations ont eu lieu", selon M. Dobbels.

Le futur Plan taxi suscite la polémique au sein du secteur, qui a manifesté mardi devant le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et le parlement bruxellois. Le nouveau texte légal doit assurer l'uniformité dans le secteur des taxis, assure pour sa part le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet.Le Plan taxi se trouve actuellement sur la table du gouvernement bruxellois et une décision sur sa mise en oeuvre devrait donc bientôt être prise. Le plan devrait instaurer une égalité de traitement entre les taxis ordinaires et les limousines, qu'Uber utilise. "Les nouvelles règles seront les mêmes pour tout le monde afin qu'il y ait une concurrence plus équitable entre tous les services de transport de passagers", défend le porte-parole du ministre Smet, Mathias Dobbels. Tant qu'une nouvelle règlementation ne sera pas instaurée, le secteur des taxis bruxellois organisera des actions tous les mois. Le cabinet du ministre Smet a par ailleurs fait savoir que les contrôles des taxis et des services de limousine ont toujours lieu. "L'année dernière, 250 procès verbaux ont été dressés pour des limousines qui étaient en violation de la réglementation et 15 confiscations ont eu lieu", selon M. Dobbels.