Pas de nouvelle, bonne nouvelle, dit l'adage. Mais le calme au niveau fédéral serait plus le signe d'une impasse que de gros progrès effectués en coulisses. Deux sources bien placées confient que les informateurs Johan Vande Lanotte (SP.A) et Didier Reynders (MR) n'ont pas grand-chose à faire.
...

Pas de nouvelle, bonne nouvelle, dit l'adage. Mais le calme au niveau fédéral serait plus le signe d'une impasse que de gros progrès effectués en coulisses. Deux sources bien placées confient que les informateurs Johan Vande Lanotte (SP.A) et Didier Reynders (MR) n'ont pas grand-chose à faire.L'inertie a plusieurs causes. Les négociations pour un gouvernement wallon, par exemple, ne progressent pas vraiment. Le formateur Elio Di Rupo (PS) ne fournirait des passages de sa note de formateur qu'au compte-gouttes aux négociateurs du MR et d'Ecolo. De vraies négociations ne seraient possibles que lorsque PS, MR et Ecolo s'assoiront enfin autour de la table.Dès le départ, les informateurs fédéraux ont indiqué qu'ils sont en contact étroit avec les formations du gouvernement régional. Les Bruxellois ont terminé depuis un certain temps et les Flamands y travaillent depuis la semaine dernière. Les Wallons traînent donc. Une source francophone a déclaré lundi à La Libre Belgique que les pourparlers progressaient "à la vitesse d'un escargot".Cette allure de tortue influence la dynamique fédérale. La position d'Ecolo est en effet incertaine au sein du gouvernement wallon. Personne ne veut exclure à l'avance que le parti - numériquement superflu dans une majorité - passe encore dans l'opposition. Ce facteur peu fiable joue des tours au duo d'informateurs fédéraux.À cela s'ajoute la position inébranlable du PS au niveau fédéral. CD&V et Open VLD exigent que les deux plus grands partis des deux côtés de la frontière linguistique se rencontrent. La N-VA, par l'intermédiaire de son président Bart De Wever et de Theo Francken, l'a demandé à plusieurs reprises. "Elio Di Rupo et Bart De Wever sont des hommes sensés. Si vous les mettez ensemble dans une pièce, quelque chose en sortira", a déclaré Francken le week-end dernier à VTM. Ce n'est qu'en cas d'échec de la coalition pourpre-jaune, également connue sous le nom de coalition bourguignonne, que l'on peut parler d'autres voies, telle qu'une coalition arc-en-ciel.Pour l'instant, le PS fait la sourde oreille. Les observateurs pensent qu'il est trop dangereux pour Di Rupo d'affronter De Wever tant qu'Ecolo n'a pas signé d'accord de coalition wallon. Le PS tremble en effet à l'idée qu'Ecolo rejoindra les forces d'opposition du PTB et frappera un gouvernement du PS-MR pendant cinq ans.Probablement à la stupéfaction des deux informateurs, Di Rupo a lui-même sorti son bazooka la semaine dernière pour réagir à la formation du gouvernement flamand. "S'imaginer que le PS pourrait faire l'appoint et dépanner les anciens partenaires de la coalition suédoise pour former un gouvernement fédéral, relève de l'illusion". a tweeté le président du PS. Ce ricanement était principalement destiné à apaiser ses partisans de gauche et Ecolo : il n'y aura pas de gouvernement entre N-VA, CD&V, Open VLD, MR et PS. En tout état de cause, la demande de Vande Lanotte et Reynders de garder la discrétion s'avère vaine.Les négociations flamandes, qui nécessitent du temps et de la main-d'oeuvre, sont la troisième cause du blocage fédéral. Non seulement des personnalités flamandes, mais aussi des personnalités fédérales comme Theo Francken, Maggie De Block (Open VLD) et Wouter Beke (CD&V) négocient actuellement un accord de coalition flamand. Cela ne facilite pas la tâche de Vande Lanotte et Reynders.Carrousel de nominations Cependant, il y aurait un quatrième élément qui expliquerait le statu quo fédéral. L'un des deux informateurs serait occupé à planifier sa propre carrière. Didier Reynders (MR) est pressenti pour succéder à Marianne Thyssen (CD&V) en tant que Commissaire européen. Pour le libéral francophone, la mission d'information ne serait donc qu'une " histoire secondaire ", selon une source de haut niveau. Ou encore: " Il roule surtout pour lui-même ".Le Premier ministre Charles Michel (MR) consulterait les présidents des partis les plus concernés, y compris ceux de l'opposition, dans les plus brefs délais à propos de cette nomination qui, à proprement parler, ne nécessite pas l'approbation du Parlement. Ces pourparlers ne sont ni confirmés ni démentis par l'entourage du Premier ministre.Quoi qu'il en soit, tout porte à croire que Michel veut aider son collègue Reynders à monter à l'Europe. L'actuel Vice-Premier Ministre MR a vu un poste de haut niveau au Conseil de l'Europe lui passer sous le nez et y voit l'occasion d'une sortie élégante de la politique belge.Il peut donc présenter ses lettres de noblesse comme un homme politique chevronné. Ses nombreuses années d'expérience de ministre pourraient largement compenser le fait qu'il n'est pas une femme, car la future présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, souhaite un équilibre maximal entre les genres dans sa future équipe.Cependant, la présentation de Reynders n'a pas encore eu lieu. La décision pourrait même être prise en septembre, bien après la date limite officieuse du 26 août. CD&V et Open VLD, qui pourraient aussi pousser des candidats comme Kris Peeters et Gwendolyn Rutten, ne cèdent pas aussi facilement. Mercredi soir, Le Soir écrivait que ce sont surtout les chrétiens-démocrates qui faisaient obstruction. Il semble qu'avec les libéraux flamands, ils utilisent le carrousel de nominations pour faire monter leur prix dans une future coalition gouvernementale.Ce jeu de poker est largement lié à la question de savoir qui succédera à Michel au poste de Premier ministre lorsqu'il deviendra Président du Conseil européen le 1er décembre. Personne ne s'attend à ce que le gouvernement fédéral soit en place à cette date. Reynders est le successeur naturel de Michel au poste de Premier ministre. Si Reynders déménage au Berlaymont, la voie est ouverte à l'Open VLD, mais aussi au CD&V, pour fournir le Premier ministre en affaires courantes.Comme la formation d'un gouvernement peut encore prendre un certain temps, ce poste est intéressant. Quiconque parviendra à décrocher les clés du "seize" pendant des mois sera bien placé pour faire de même au sein d'une nouvelle coalition. Et l'Open VLD et le CD&V sont quasi-incontournables dans toute composition. Bref : celui qui reprend le flambeau de Michel est peut-être parti pour quelques années.Enfin, le PS n'aurait rien contre le fait que Reynders, qui n'était pas disponible pour commenter, bénéficie d'une belle fin de carrière. Après tout, le poste de commissaire européen est inclus dans la répartition des postes ministériels fédéraux. S'il y a un candidat MR de moins, il y en a potentiellement un de plus pour le PS. Même la N-VA ne voudrait pas se mettre en travers de son chemin. On murmure que sa nomination est liée à l'attribution d'un poste de direction à la Banque européenne d'investissement. Le nom de Philippe Muyters (N-VA), le ministre flamand qui part, apparaît tout le temps, même si l'ancien ministre fédéral Johan Van Overtveldt (N-VA) entrerait également en ligne de compte.En tout état de cause, il semble qu'il y ait très peu de discussions de fond. Le 9 septembre, les deux informateurs devraient se présenter de nouveau devant le roi. Il y a de fortes chances que Philippe doive chercher un nouvel informateur d'ici là. Bien que les négociateurs disent que Vande Lanotte peut continuer seul, ce ne serait pas très différent de la situation actuelle.