Pendant deux jours, ils ont débattront avec eux de la vingtaine de lignes directrices que les négociateurs socialistes et écologistes ont défini comme socle pour la rédaction des futures déclarations de politique gouvernementale pour la Wallonie et la FWB.

"Aujourd'hui, nous attendons les premières réactions de la société civile. Ils pourront réagir à nos axes pour la prochaine déclaration de politique gouvernementale. C'est une grande première. Je considère d'ailleurs que c'est aujourd'hui et demain que tout va se jouer", a commenté le négociateur Ecolo Jean-Marc Nollet à son arrivée au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, où se tiennent ces échanges.

Par souci d'efficacité, ceux-ci ont été segmentés en différents thèmes qui seront discutés tour à tour durant 1h30 à chaque fois avec les différentes parties prenantes. Jeudi matin, c'est avec l'enseignement que les négociateurs PS et Ecolo ont entamé leur processus de consultation. Ils ont reçu à cet effet une vingtaine d'acteurs de l'école (pouvoirs organisateurs, associations de parents, ...).

Suivront ensuite tout au long de la journée les représentants du monde académique et de la recherche, puis ceux de la culture, des médias, de l'enfance et la jeunesse, de la démocratie et de la citoyenneté. Et enfin ceux de la santé et de l'action sociale.

Ces discussions devraient s'achever vers 20h00 pour reprendre vendredi matin, mais à Namur cette fois, sur des questions davantage en lien avec la Région wallonne.

Outre leurs remarques verbales, les acteurs invités auront encore jusque dimanche s'ils le souhaitent pour remettre un avis écrit. A l'aune des commentaires reçus, les négociateurs PS et Ecolo rédigeront alors une seconde version de leurs lignes directrices qu'ils soumettront aux députés wallons et de la Fédération, dont ils espèrent le soutien pour dégager une majorité politique.

Interrogés jeudi matin sur leur souhait d'intégrer éventuellement des représentants de la société civile dans les prochaines équipes gouvernementales, les négociateurs des deux partis ont jugé la question prématurée. "On verra bien", a dit Paul Magnette. "Aujourd'hui, on va parler de fond", a-t-il botté en touche.

Pour M. Nollet, cette question ressort d'une "autre étape" des négociations. "C'est pour plus tard...". PS et Ecolo ont décidé la semaine dernière de chercher à former une majorité "coquelicot" en Région wallonne et en Fédération, en y associant des contributions de la société civile.

Les deux partis ne disposent toutefois ensemble que de 35 sièges à Namur, soit trois de moins que les 38 nécessaires pour une majorité absolue. Ils espèrent néanmoins, sur base d'un programme concerté avec la société civile, pouvoir rallier l'appui -extérieur au besoin- d'autres formations politiques pour mettre en place de nouveaux gouvernements.