Sous le mot d'ordre "Faites du bruit!", les participants ont fait de la musique avec des casseroles pendant plus de deux heures pour exprimer leur opposition au traité. Ils déplorent l'absence de prise en considération des voix contestataires et rappellent que la pétition contre le TTIP est, avec plus de 3 millions de signatures, la plus importante jamais réalisée en Europe. Les participants critiquent le manque de normes sociales et environnementales et dénoncent le pouvoir donné aux forces économiques au détriment du politique. Un appel à manifester le 20 septembre prochain à Bruxelles contre les traités de libre-échange a été lancé. De nombreux jeunes, mais aussi de nombreux aînés, étaient présents. A 71 ans, Edmée estime que l'orientation prise avec le TTIP est représentative d'une tendance actuelle plus large. "Je suis grand-mère et je suis là pour mes petits-enfants. C'est eux qui vont hériter d'un monde ultra-libéralisé et fait avant tout pour les très riches. J'ai envie que l'enseignement reste démocratique et soit de qualité et pas qu'il soit concurrencé à l'avenir par les écoles privées. Je ne veux pas que la sécurité sociale soit détricotée. Je ne veux pas que les conditions sociales soient tirées vers le bas pour les multinationales." Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de l'appel lancé par l'initiative TTIP Game Over à mener des actions non-violentes en marge des négociations sur le TTIP à Bruxelles. (Belga)

Sous le mot d'ordre "Faites du bruit!", les participants ont fait de la musique avec des casseroles pendant plus de deux heures pour exprimer leur opposition au traité. Ils déplorent l'absence de prise en considération des voix contestataires et rappellent que la pétition contre le TTIP est, avec plus de 3 millions de signatures, la plus importante jamais réalisée en Europe. Les participants critiquent le manque de normes sociales et environnementales et dénoncent le pouvoir donné aux forces économiques au détriment du politique. Un appel à manifester le 20 septembre prochain à Bruxelles contre les traités de libre-échange a été lancé. De nombreux jeunes, mais aussi de nombreux aînés, étaient présents. A 71 ans, Edmée estime que l'orientation prise avec le TTIP est représentative d'une tendance actuelle plus large. "Je suis grand-mère et je suis là pour mes petits-enfants. C'est eux qui vont hériter d'un monde ultra-libéralisé et fait avant tout pour les très riches. J'ai envie que l'enseignement reste démocratique et soit de qualité et pas qu'il soit concurrencé à l'avenir par les écoles privées. Je ne veux pas que la sécurité sociale soit détricotée. Je ne veux pas que les conditions sociales soient tirées vers le bas pour les multinationales." Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de l'appel lancé par l'initiative TTIP Game Over à mener des actions non-violentes en marge des négociations sur le TTIP à Bruxelles. (Belga)