"On observe une tendance consistant à essayer d'entraîner nos militaires dans la conversation politique. Cela ne fait pas de bien à notre pays, ni à notre armée", a expliqué à l'AFP le commandant Greg Hicks, porte-parole du général Joe Dunford, le plus haut gradé de l'armée américaine. Le Pentagone se tient traditionnellement à l'écart de la politique, a-t-il encore ajouté, expliquant que le général Dunford enverrait d'ici quelques jours une lettre demandant aux soldats de rester apolitiques en public. Cette réflexion intervient après une série de déclarations chocs par les prétendants républicains à la Maison Blanche: l'ultra-conservateur Ted Cruz promettant de larguer un "tapis de bombe" sur des zones de l'Irak et de la Syrie et Donald Trump se déclarant favorable au rétablissement de la torture et menaçant de tuer les proches de djihadistes du groupe Etat islamique. Malgré les rétropédalages du milliardaire, le général Joe Dunford a été questionné sur ces propositions et exprimé sa frustration à devoir y répondre. S'abstenant donc de commentaires, le militaire est toutefois sorti de sa réserve le mois dernier pour défendre la légitimité de l'Otan, qualifié "d'obsolète" par Donald Trump. (Belga)

"On observe une tendance consistant à essayer d'entraîner nos militaires dans la conversation politique. Cela ne fait pas de bien à notre pays, ni à notre armée", a expliqué à l'AFP le commandant Greg Hicks, porte-parole du général Joe Dunford, le plus haut gradé de l'armée américaine. Le Pentagone se tient traditionnellement à l'écart de la politique, a-t-il encore ajouté, expliquant que le général Dunford enverrait d'ici quelques jours une lettre demandant aux soldats de rester apolitiques en public. Cette réflexion intervient après une série de déclarations chocs par les prétendants républicains à la Maison Blanche: l'ultra-conservateur Ted Cruz promettant de larguer un "tapis de bombe" sur des zones de l'Irak et de la Syrie et Donald Trump se déclarant favorable au rétablissement de la torture et menaçant de tuer les proches de djihadistes du groupe Etat islamique. Malgré les rétropédalages du milliardaire, le général Joe Dunford a été questionné sur ces propositions et exprimé sa frustration à devoir y répondre. S'abstenant donc de commentaires, le militaire est toutefois sorti de sa réserve le mois dernier pour défendre la légitimité de l'Otan, qualifié "d'obsolète" par Donald Trump. (Belga)