Le ministère, dirigé par le ministre d'extrême droite Matteo Salvini, indique aussi que l'équipage du voilier affrété par le collectif italien de gauche et d'extrême gauche Mediterranea, ferait l'objet d'une enquête pour encouragement d'immigration illégale. Les 41 migrants à bord de l'embarcation, n'ont pas été autorisé à poser un pied sur le sol italien, après deux jours passés en mer à bord du navire de 18 mètres. Mediterranea a exhorté les autorités à laisser débarquer migrants et membres d'équipage "épuisés", précisant que le navire avait navigué "vers le seul port de débarquement sûr possible". "Les naufragés et l'équipage sont épuisés... Les personnes que nous avons secourues doivent recevoir des soins... Ceci est une situation surréaliste et prolonger l'attente est une cruauté inutile", a tweeté Mediterranea, qui a alerté sur des "conditions d'hygiène intolérables à bord". (Belga)

Le ministère, dirigé par le ministre d'extrême droite Matteo Salvini, indique aussi que l'équipage du voilier affrété par le collectif italien de gauche et d'extrême gauche Mediterranea, ferait l'objet d'une enquête pour encouragement d'immigration illégale. Les 41 migrants à bord de l'embarcation, n'ont pas été autorisé à poser un pied sur le sol italien, après deux jours passés en mer à bord du navire de 18 mètres. Mediterranea a exhorté les autorités à laisser débarquer migrants et membres d'équipage "épuisés", précisant que le navire avait navigué "vers le seul port de débarquement sûr possible". "Les naufragés et l'équipage sont épuisés... Les personnes que nous avons secourues doivent recevoir des soins... Ceci est une situation surréaliste et prolonger l'attente est une cruauté inutile", a tweeté Mediterranea, qui a alerté sur des "conditions d'hygiène intolérables à bord". (Belga)