Actuellement, la méthodologie pour l'approvisionnement en vaccins anti-Covid des médecins n'est pas adaptée, selon l'Absym. Ces derniers se trouvent dans l'obligation de commander les doses dans des centres de vaccination ou des pharmacies agréées pour la décongélation des fioles, et de se déplacer en personne pour les récupérer. "Imposer au médecin d'organiser sur son temps de travail l'approvisionnement d'un vaccin ne motivera pas celui-ci à se lancer dans la vaccination contre le coronavirus", plaide l'association dans le communiqué. Pour l'Absym, puisqu'il est démontré que le vaccin se conserve un mois à 8°C et six heures à 25°C, il vaudrait mieux laisser tous les pharmaciens se fournir en fioles de vaccins par l'intermédiaire de leur réseau de distribution habituel et de remettre la seringue de vaccin au patient qui le leur aura commandé sur présentation d'une ordonnance de leur médecin. Ou que le pharmacien se charge lui-même de livrer les doses aux médecins généralistes dans une glacière par leurs services de livraison habituels, et que le médecin puisse choisir s'il souhaite recevoir des flacons de six doses ou des seringues préparées. "Nous sommes convaincus que seule cette procédure permettra une réelle augmentation de la couverture vaccinale chez les patients qui souhaitent que ce soit leur médecin qui les vaccine", conclut le communiqué. (Belga)

Actuellement, la méthodologie pour l'approvisionnement en vaccins anti-Covid des médecins n'est pas adaptée, selon l'Absym. Ces derniers se trouvent dans l'obligation de commander les doses dans des centres de vaccination ou des pharmacies agréées pour la décongélation des fioles, et de se déplacer en personne pour les récupérer. "Imposer au médecin d'organiser sur son temps de travail l'approvisionnement d'un vaccin ne motivera pas celui-ci à se lancer dans la vaccination contre le coronavirus", plaide l'association dans le communiqué. Pour l'Absym, puisqu'il est démontré que le vaccin se conserve un mois à 8°C et six heures à 25°C, il vaudrait mieux laisser tous les pharmaciens se fournir en fioles de vaccins par l'intermédiaire de leur réseau de distribution habituel et de remettre la seringue de vaccin au patient qui le leur aura commandé sur présentation d'une ordonnance de leur médecin. Ou que le pharmacien se charge lui-même de livrer les doses aux médecins généralistes dans une glacière par leurs services de livraison habituels, et que le médecin puisse choisir s'il souhaite recevoir des flacons de six doses ou des seringues préparées. "Nous sommes convaincus que seule cette procédure permettra une réelle augmentation de la couverture vaccinale chez les patients qui souhaitent que ce soit leur médecin qui les vaccine", conclut le communiqué. (Belga)