Le quotidien rapporte jeudi que l'OCAM analyse d'une part la vraisemblance (de 2 à 6) et la gravité (de 1 à 5) de la menace envers des personnes, des événements ou des intérêts. Les scores sont additionnés et le résultat, de 3 à 11, correspond au niveau proprement dit de la menace. La même méthode est appliquée pour évaluer la menace générale en Belgique. Concernant la menace émanant des personnes, le même procédé est suivi avec des matrices évaluant la capacité et l'intention des individus pour obtenir un score compris entre 2 et 8 qui correspond à un des quatre niveaux de la menace. Le modèle mathématique est complété par des commentaires d'experts. Le niveau reste flexible, et peut varier pendant un même événement. (Belga)

Le quotidien rapporte jeudi que l'OCAM analyse d'une part la vraisemblance (de 2 à 6) et la gravité (de 1 à 5) de la menace envers des personnes, des événements ou des intérêts. Les scores sont additionnés et le résultat, de 3 à 11, correspond au niveau proprement dit de la menace. La même méthode est appliquée pour évaluer la menace générale en Belgique. Concernant la menace émanant des personnes, le même procédé est suivi avec des matrices évaluant la capacité et l'intention des individus pour obtenir un score compris entre 2 et 8 qui correspond à un des quatre niveaux de la menace. Le modèle mathématique est complété par des commentaires d'experts. Le niveau reste flexible, et peut varier pendant un même événement. (Belga)