"Bien sûr, ce qui s'est passé (aux Etats-Unis), c'est l'expression de profondes crises internes", a affirmé Vladimir Poutine, lors d'une interview diffusée dimanche sur la chaîne publique Rossia 1. "En réalité, nous observons cela depuis longtemps, dès l'arrivée au pouvoir du président (américain Donald Trump) en exercice, quand il a gagné de façon absolument évidente, de façon démocratique", a poursuivi le président russe. "Mais le camp ayant perdu (l'élection) a inventé toutes sortes de fictions pour mettre en doute (la) légitimité" de Donald Trump, a ajouté Vladimir Poutine. En 2016, l'élection de M. Trump avait été suivie d'accusations d'ingérence russe en sa faveur, rejetées avec véhémence par la Russie. Selon M. Poutine, la lutte contre l'épidémie de coronavirus a mis "en lumière des problèmes généraux" aux Etats-Unis. La mort fin mai de l'afro-américain George Floyd lors de son arrestation par police à Minneapolis aux Etats-Unis a déclenché une grande vague de protestation dans le pays contre le racisme et les violences policières. Vladimir Poutine a également affirmé que Moscou s'en sortait mieux que Washington dans la lutte contre l'épidémie. "Nous sortons du coronavirus avec des pertes minimales, si Dieu le veut, mais aux Etats-Unis, cela ne se passe pas comme ça", a-t-il indiqué. La Russie a confirmé dimanche 8.825 nouveaux cas de coronavirus, portant le total à 528.964 contaminations, le troisième nombre le plus élevé dans le monde après les Etats-Unis et le Brésil. (Belga)

"Bien sûr, ce qui s'est passé (aux Etats-Unis), c'est l'expression de profondes crises internes", a affirmé Vladimir Poutine, lors d'une interview diffusée dimanche sur la chaîne publique Rossia 1. "En réalité, nous observons cela depuis longtemps, dès l'arrivée au pouvoir du président (américain Donald Trump) en exercice, quand il a gagné de façon absolument évidente, de façon démocratique", a poursuivi le président russe. "Mais le camp ayant perdu (l'élection) a inventé toutes sortes de fictions pour mettre en doute (la) légitimité" de Donald Trump, a ajouté Vladimir Poutine. En 2016, l'élection de M. Trump avait été suivie d'accusations d'ingérence russe en sa faveur, rejetées avec véhémence par la Russie. Selon M. Poutine, la lutte contre l'épidémie de coronavirus a mis "en lumière des problèmes généraux" aux Etats-Unis. La mort fin mai de l'afro-américain George Floyd lors de son arrestation par police à Minneapolis aux Etats-Unis a déclenché une grande vague de protestation dans le pays contre le racisme et les violences policières. Vladimir Poutine a également affirmé que Moscou s'en sortait mieux que Washington dans la lutte contre l'épidémie. "Nous sortons du coronavirus avec des pertes minimales, si Dieu le veut, mais aux Etats-Unis, cela ne se passe pas comme ça", a-t-il indiqué. La Russie a confirmé dimanche 8.825 nouveaux cas de coronavirus, portant le total à 528.964 contaminations, le troisième nombre le plus élevé dans le monde après les Etats-Unis et le Brésil. (Belga)