La plupart des magasins ont dû fermer leurs portes entre le 18 mars et le 11 mai, au plus fort du confinement. Depuis leur réouverture, ils subissent encore des manques à gagner en raison des mesures de sécurité sanitaire, font valoir les députés Kathleen Verhelst et Robby De Caluwé (Open Vld). Le jour de repos hebdomadaire des commerces consiste en une période de fermeture ininterrompue de 24 heures commençant soit à 5 heures, soit à 13 heures et prenant fin le lendemain à la même heure. Il doit rester le même pendant minimum six mois, et ne doit pas forcément tomber un dimanche. Les auteurs de la proposition font valoir non seulement l'intérêt financier, mais aussi le fait qu'en ouvrant davantage de plages horaires, les commerces pourront mieux garantir les distances sanitaires entre clients. "Pour beaucoup de commerces, réaliser un bon chiffre d'affaires sur ce qu'il reste de l'année est une question de vie ou de mort", plaident les deux élus. (Belga)

La plupart des magasins ont dû fermer leurs portes entre le 18 mars et le 11 mai, au plus fort du confinement. Depuis leur réouverture, ils subissent encore des manques à gagner en raison des mesures de sécurité sanitaire, font valoir les députés Kathleen Verhelst et Robby De Caluwé (Open Vld). Le jour de repos hebdomadaire des commerces consiste en une période de fermeture ininterrompue de 24 heures commençant soit à 5 heures, soit à 13 heures et prenant fin le lendemain à la même heure. Il doit rester le même pendant minimum six mois, et ne doit pas forcément tomber un dimanche. Les auteurs de la proposition font valoir non seulement l'intérêt financier, mais aussi le fait qu'en ouvrant davantage de plages horaires, les commerces pourront mieux garantir les distances sanitaires entre clients. "Pour beaucoup de commerces, réaliser un bon chiffre d'affaires sur ce qu'il reste de l'année est une question de vie ou de mort", plaident les deux élus. (Belga)