Il s'agit d'un lot de consolation pour l'ancien Premier ministre belge, alors que la présidence de la conférence a été attribuée conjointement aux présidents du Parlement David Sassoli, de la Commission Ursula von der Leyen et du Conseil de l'UE, actuellement le Premier ministre portugais Antonio Costa. Le Parlement devait encore désigner ses représentants au conseil exécutif. La première famille politique de l'assemblée, le PPE (chrétiens-démocrates), a délégué son chef de groupe, l'Allemand Manfred Weber, comme l'ont fait les S&D (socialistes et sociaux-démocrates) en la personne de l'Espagnole Iraxte Garcia. RE n'a lui pas choisi son chef de groupe, le Roumain Dacian Ciolos, mais Guy Verhofstadt, dont le nom avait été longtemps cité pour présider l'événement. Le conseil exécutif doit être composé au final de neuf représentants, trois par institution, avec en plus chacune quatre observateurs au maximum. Le conseil exécutif est chargé de faire rapport à la présidence conjointe. Il doit prendre des décisions par consensus en ce qui concerne les travaux de la conférence, ses processus et ses événements, superviser la conférence au fur et à mesure de son déroulement et préparer les réunions de l'assemblée plénière de la conférence, y compris les contributions des citoyens et leur suivi. Réclamée par le président français Emmanuel Macron, la Conférence démarre avec un an de retard, en raison de la pandémie de coronavirus mais aussi de la question ultra-sensible de sa présidence, objet d'âpres tractations entre les trois institutions européennes. Les Européens seront consultés sur des défis jugés cruciaux pour le Vieux continent: changement climatique, questions économiques et sociales, transformation numérique, renforcement démocratique des institutions de l'UE, sans oublier les leçons à tirer de la pandémie. (Belga)

Il s'agit d'un lot de consolation pour l'ancien Premier ministre belge, alors que la présidence de la conférence a été attribuée conjointement aux présidents du Parlement David Sassoli, de la Commission Ursula von der Leyen et du Conseil de l'UE, actuellement le Premier ministre portugais Antonio Costa. Le Parlement devait encore désigner ses représentants au conseil exécutif. La première famille politique de l'assemblée, le PPE (chrétiens-démocrates), a délégué son chef de groupe, l'Allemand Manfred Weber, comme l'ont fait les S&D (socialistes et sociaux-démocrates) en la personne de l'Espagnole Iraxte Garcia. RE n'a lui pas choisi son chef de groupe, le Roumain Dacian Ciolos, mais Guy Verhofstadt, dont le nom avait été longtemps cité pour présider l'événement. Le conseil exécutif doit être composé au final de neuf représentants, trois par institution, avec en plus chacune quatre observateurs au maximum. Le conseil exécutif est chargé de faire rapport à la présidence conjointe. Il doit prendre des décisions par consensus en ce qui concerne les travaux de la conférence, ses processus et ses événements, superviser la conférence au fur et à mesure de son déroulement et préparer les réunions de l'assemblée plénière de la conférence, y compris les contributions des citoyens et leur suivi. Réclamée par le président français Emmanuel Macron, la Conférence démarre avec un an de retard, en raison de la pandémie de coronavirus mais aussi de la question ultra-sensible de sa présidence, objet d'âpres tractations entre les trois institutions européennes. Les Européens seront consultés sur des défis jugés cruciaux pour le Vieux continent: changement climatique, questions économiques et sociales, transformation numérique, renforcement démocratique des institutions de l'UE, sans oublier les leçons à tirer de la pandémie. (Belga)