Intitulée "Les Latinos au cinéma", cette étude a examiné les cent films ayant réalisé le plus de recettes chaque année, de 2007 à 2018, sur le marché américain. Or, dans ces 1.200 films les plus populaires, seuls 4,5% des rôles prononçant au moins un mot étaient tenus par des acteurs latino-américains, relève l'étude menée par un groupe de réflexion, Annenberg Inclusion Initiative, de l'université de Californie du Sud (USC). 3% de ces films (35 au total) mettaient à l'affiche un comédien principal d'origine latino-américaine, mais chez les femmes, trois actrices se sont partagées la quasi totalité de ces rôles: Cameron Diaz, Jennifer Lopez et Jessica Alba. Et dans le cas de Cameron Diaz, aucun de ses cinq rôles ne faisait référence à ses origines latino-américaines. Les statistiques parlent d'elles-mêmes: 47% des 1.200 films pris en compte sont totalement dépourvus de personnage latino-américain. Et lorsqu'ils ont la chance de figurer à l'écran, les comédiens latino-américains restent fréquemment cantonnés dans des stéréotypes: criminels (24% des cas, principalement trafiquant de drogue ou membre de gang), emplois non qualifiés (domestiques, ouvriers...) ou policiers. La situation n'est pas plus réjouissante de l'autre côté de la caméra. Seuls 4% des réalisateurs sont d'origine latino (71% d'entre eux de nationalité étrangère) et 3% des producteurs. Pour remédier à cette sous-représentation, l'Annenberg Inclusion Initiative préconise à l'industrie cinématographique de renforcer la présence des acteurs latino-américains dans les auditions pour les petits rôles. (Belga)